quitter son travail

La question qui revient souvent, c’est « quand est-ce que je dois quitter mon travail? ». Alors que je parle souvent d’indépendance financière, je suis encore sur la voie. C’est le cas de beaucoup d’entre vous qui soit ont un projet en tête, ou sont un peu plus avancés dans la réalisation de leur projet. Aussi enthousiasmante que l’idée peut paraître, en ajoutant la frustration d’un travail actuel, on peut prendre des décisions hâtives. Je vous donne aujourd’hui les bonnes informations pour vous décider, et planifier votre projet.


Bon soyons honnêtes, on parle surtout de la partie financière, qui permet la stabilité. Il faut continuer à pouvoir combler ses besoins de base sans souffrir. On peut décider de se mettre aux pâtes comme pendant les études, mais ce n’est pas viable sur le long terme. Le mental va en souffrir et va affecter nos performances de la vie de tous les jours. Quitter son travail confortable comporte un risque dans tous les cas, le but est de maitriser ce risque en prenant les bonnes décisions au bon moment.

Le meilleur des cas pour quitter son travail

La situation idéale est si votre activité génère déjà de l’argent. C’est bon signe. Mais attention de savoir quand quitter votre travail. Les conditions à réunir sont un accroissement de l’activité au fil des mois, et des revenus suffisants pour vivre uniquement de votre activité en arrêtant votre travail à temps plein depuis au moins les  6 derniers mois précédant votre départ. Donc si depuis 6 mois et plus vous gagnez correctement votre vie, vous prenez un niveau de risque contrôlé car vous aurez le temps de voir si l’activité est stable et au minimum constant.

Il reste encore du travail avant de partir

Ensuite, nous avons l’option où le projet n’est pas encore tout à fait sur pied. Mais on a droit au chômage ou on a ses économies comme coussin financier. Ce sont des situations très courantes. L’idée est qu’on pourra travailler plus assidument sur son projet une fois qu’on a que ça à faire. C’est vrai. Toutefois, j’aurais quelques recommandations personnelles à ce sujet.

Je pense qu’avant de quitter son travail, il faudrait déjà mettre en place les bases de l’activité : le site web, la page Instagram, etc…et même commencer à poster du contenu. Ces tâches sont très chronophage, et vont bouffer votre temps de non-salariat que vous auriez pu mettre dans des tâches qui produisent des revenus. Avoir un beau site web ne produit pas directement de l’argent. En revanche créer des produit ou des formations et les promouvoir va créer des revenus. 

Je dirai aussi qu’il faut se fixer un délai par rapport au chômage, et à ses économies. On peut se dire « au delà de X mois sans revenus/avec des revenus faibles, je vais repartir sur le marché du travail ». Il est inutile d’attendre et d’agoniser sur son business, si on peut reprendre un travail pour s’accorder plus de temps. Le manque d’argent , et le fait d’approcher une échéance ( fin du chômage, peu d’argent et côté pour tenir, etc…) va aussi accroître votre stress et va enlever le plaisir que vous prenez à faire votre activité.

À Découvrir : Ma mini formation pour trouver et tester une idée de projet facilement

L'aversion au risque

Je reconnais qu’il y a plusieurs profils d’aversion au risque. Il y a des personnes qui sont boostées quand elles sont sous pression, et d’autres qui sont complètement en stress et incapables de penser à autre chose. Nier sa personnalité dans ce choix serait une grosse erreur, car vous avez besoin de tout votre esprit pour mener à bien votre projet. Et prendre plus de risques ne veut pas forcement dire être plus courageux dans cette situation.

Vous vous demandez aussi combien faut-il mettre de côté avant de quitter son travail. Je serai d’avis de prendre en compte l’avancée de votre projet. Plus vous débutez, et plus vous devez mettre de côté. Pour être à l’aise pour se retourner en cas d’échec, je dirai un an minimum. Ce n’est que mon avis. Bien sûr si vous êtes au chômage, prévoyez autant de temps en indemnités. 

À Lire : Comment gagner un revenu complémentaire.

Une considération extra-financière

Je vais finir par un aspect de quitter son travail qui n’est pas financier. Parfois, on peut idéaliser le travail à la maison, ou le travail en solopreneur. Beaucoup se lancent puis réalisent que la vie qui va avec ce métier ne leur fait pas rêver. Pour avoir une image réaliste, dites-vous qu’il faut aimer la solitude. On passe beaucoup de temps avec soi-même. Tout le monde est au bureau et n’aura pas le temps de vous écouter. Si vous aviez une vie sociale riche au boulot, il faudra faire beaucoup beaucoup plus d’efforts pour avoir la même.

On se lasse aussi de la vie en pyjama qui peut être un autre facteur de motivation. Enfin, travailler comme entrepreneur demande beaucoup d’autonomie. Personne ne vous dira quoi faire, mais de la même manière, vous devrez aussi vous motiver quand vous n’avez aucune obligation. La perte d’un cadre temporel plus ou moins stricte est aussi assez déstabilisant. Nous passons notre vie à suivre des emplois du temps, donc rien de bien étonnant à perdre ces repères.

Quand quitter son travail pour l’entrepreneuriat ?
[moy] ([pour]) 1 vote[s]


Si vous avez aimé cet article, épinglez le sur Pinterest en survolant l'image.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *