Posted on Un commentaire

Vivre au dessus de ses moyens : 8 achats qu’il ne faut pas faire

vivre au dessus de ses moyens

Un des problèmes d’argent les plus récurrents est de vivre au dessus de ses moyens. Réduire ses dépenses, économiser, et ne pas dépenser plus que ce qu’on gagne sont des compétences à savoir maîtriser pour ne pas être endetté. Les personnes et les familles surendettées sont de plus en plus nombreuses. Certaines, parce qu’elles gagnent le SMIC, d’autres parce qu’elles dépenses sans réfléchir. J’ai eu l’occasion de regarder l’émission coûte que coûte diffusé sur M6; qui suit plusieurs familles qui sont endettées et qui vivent à découvert afin de les aider. J’ai décortiqué pour vous les 8 mauvaises habitudes financières de ces personnes “pauvres” pour que vous ne fassiez pas les mêmes erreurs.

Il ne s’agit pas ici de faire une critique des pauvres. Certaines personnes font déjà leur maximum. On parle ici des personnes qui gagnent de revenus confortables mais qui dépensent trop, ou les personnes en difficulté qui vivent au dessus de leurs moyens. Dans tous les cas, on arrive au surendettement et au découverts constants. J’avais déjà écrit un article sur 6 manières dont vous gaspillez peut-être votre argent qui peut vous intéresser.

1.La consommation de fast-food

Les fast-foods comme le McDo ou le KFC coûtent en général peu cher. Toutefois, plus le menu est gros, plus le prix des fast-foods augmente ; un menu McDo complet avec boissons et dessert peut revenir à 12 euros. En 2017, le prix moyen d’un repas au fast -food était de 9 euros. Si on accumule tous les repas au fast-food, on peut vite arriver à de grosses sommes mensuelles. La nourriture est un des postes de dépenses les plus chers des foyers français. Un français dépense en moyenne 300 euros par mois soit 20% de son budget en nourriture.

Beaucoup de personnes endettées ou pauvres mangent souvent au fast-food pour ne pas avoir à cuisiner. Par paresse ou par ignorance, elles vont céder à la mal bouffe et vont chercher la facilité.  L’accès au fast-food est aussi plus facile avec la livraison par Deliveroo,etc…En France, le coût des dépenses lié à la mal bouffe est estimé à plus de 202 millions d’euros (dont 126 millions d’euros attribuables au manque d’activité physique). La consommation de fast-food va pénaliser le porte-monnaie mais aussi la santé.

2.Les achats impulsifs

Les personnes qui vivent au dessus de leurs moyens ont souvent tendance à faire des achats impulsifs. 58% des français ont avoué faire un achat sur un coup de tête : c’est 5 points de plus qu’en 2015 (Crédoc, 2017). Un des postes de dépense connus est l’habillement. Dans l’émission Coûte que Coûte, on voyait souvent des personnes (souvent des femmes) qui achetaient sans faire attention au prix. Les soldes sont un vrai piège pour les personnes accros au shopping. Elles achètent sans réel besoin et en quantité. La tentation est d’acheter en grande quantité du fast-fashion à prix cassé. Un t-shirt à 2 euros ne va pas peser lourd dans un budget, mais ce sont les dépenses cumulées qui coûtent cher. De manière générale, il est conseillé de s’attribuer un budget fixe pour les dépenses imprévues. De cette manière, on peut se faire plaisir avec des limites.

Parce que je sais qu’il n’est pas facile de ne pas céder à la tentation des achats compulsifs, je vous raconte par ici comment j’ai cessé de dépenser tout mon argent dans les vêtements.

3.Les collections

L’émission Coûte que Coûte a mis en avant une famille dont la mère collectionnait des figurines. Il est commun de retrouver chez les personnes avec des revenus modestes et vivant au dessus de leurs moyens des collections. Il faut savoir que faire une collection coûte cher. Que ce soit des collections de figurines que de vinyles de Johny, il y peu de collections qui sont viables financièrement. Pour qu’une collection soit une bonne décision financière, il faut que le coût de revente d’un objet soit supérieur au coût cumulé d’achat, de maintenance et de stockage de l’objet. Vous voyez bien que la plupart des collections ne sont pas financièrement viables et entrainent un endettement dans le vide.

Un des objets que les gens collectionnent facilement, ce sont les souvenirs de voyage. Ces objets, en plus de ne pas être toujours esthétiques, sont inutiles et prennent de la place. Prenez des photos à la place, ce sera toujours mieux.

4.L’électroménager

Malheureusement, les personnes en difficulté financière achètent beaucoup d’électroménager à fonction unique. Une crêpière, un gaufrier, le dernier Thermomix…sont des objets qui servent rarement au quotidien et qui coûtent plutôt cher. Le fait d’acheter des appareils à fonction unique provoque aussi de l’accumulation à la maison : une source de confusion mentale mauvaise pour les finances. Je vous conseille d’emprunter votre appareil électroménager à vos proches quand vous en avez besoin si vous l’utilisez ponctuellement.

Beaucoup de personnes dans l’émission Coûte que Coûte possédaient une immense télé voire plusieurs. Il est inadmissible de galèrer financièrement et de dépenser des sommes immenses dans ce type d’électroménager.

5.Les meubles de grande taille

Je pense que peu de personnes feront attention à ce détail, mais on retrouvera souvent des meubles de taille XXL chez les personnes vivant au dessus de leurs moyens. Elles auront un grand canapé, des grands placards, des grands meubles qui occupent le moindre espace vide de la pièce. Mon hypothèse est qu’elles associent le luxe ou le confort à la taille. Bien sûr, ce n’est pas le cas. Si la taille d’une pièce, n’est pas adapté à la taille des meubles, on se retrouve avec une maison laide qui coûte cher.

6.La beauté

Il est commun que les personnes vivant au dessus de leurs moyens accordent beaucoup d’importance à leur apparence. Ça va à l’encontre des priorités financières et de la rationalité. Un attribut que j’observe beaucoup, ce sont les ongles en gel ou en acrylique qui coûtent cher (souvent autour de 40 euros) et qui doivent être refaits régulièrement. De manière générale, ces personnes vont aussi dépenser leur argent dans les produits de beauté et dans leur coiffure.

Je vous parle de comment gérer votre budget beauté dans cet article. Je vous explique les astuces que j’utilise pour rester dans mon budget.

7.Les technologies récentes

Tout comme avec les multiples télévisions, les personnes qui vivent au dessus de leurs moyens accordent beaucoup d’importance au divertissement. Elles vont donc souvent s’acheter les derniers iPhones et les derniers gadgets électroniques. Bien sûr, on est encore une fois dans un cas où ce n’est pas rationnel d’un point de vue financier puisque plus le gadget est récent et plus il est cher.

Une des habitudes des personnes les plus riches du monde est de vivre de manière frugale avec des technologies fiables qui durent longtemps. Ceci est applicable aux téléphones comme aux voitures.

8.Les addictions

La cigarette est une addiction qui coûte plus cher aux personnes qui sont en difficulté financière parce qu’elle va constituer une plus grosse proportion de leurs revenus. Cette addiction touche toutes les classes sociales, mais elle a plus de conséquences financières sur celles au plus bas. J’ai encore entendu parler une personne qui dépensait l’équivalent d’un loyer dans la cigarette.

Il y a aussi l’addiction à la drogue, à l’alcool, au shopping sur internet…et elles auront aussi plus de conséquences qui sont en difficulté. Il n’y a pas de solution que d’arrêter ces addictions au plus vite, c’est une question de vie ou de mort (presque littéralement).


Si vous avez aimé cet article, épinglez-le sur Pinterest en survolant l'image.


 

 

Posted on Laisser un commentaire

Frugalité : les principes et règles pour l’appliquer

frugalité

Depuis le début du mois, je m’adonne à un challenge vu un peu partout : le février frugal. Un challenge c’est tout simplement un défi avec un objectif précis et des étapes. Le challenge dont je vous parle vient principalement des pays anglophones (est-ce qu’ils savent qu’il y a les soldes ici?), et que j’ai décidé de reprendre sur Bliss & Benefits parce qu’on touche aux finances, au minimalisme : deux thèmes que j’aime bien. Même si le challenge dure tout le mois de février, rien de vous empêche de le faire à un autre moment de l’année. Après tout, la frugalité est un style de vie. La challenge peut être vu comme une initiation.

J’ai voulu profiter du challenge février frugal pour partager un petit peu plus sur les choses que je fais au quotidien pour être plus frugale. Bon avant tout, l’adjectif frugal veut dire qui est simple et qui coûte peu cher. On voit donc une notion d’argent, mais aussi une notion de minimalisme. La frugalité, c’est de trouver la meilleure solution en utilisant le moins de moyens possible. C’est un peu comme quand vous faites la cuisine. Au lieu d’aller faire une recette pour laquelle vous n’avez que 50% des ingrédients, vous allez faire la recette pour laquelle vous avez entre 90 voire 100% des ingrédients. L’optimisation est à la base de cette idée de frugalité. 

Suite à cette petite explication, on va voir les grands principes de la frugalité, comment l’appliquer à votre vie, et quelles règles appliquer à votre mois frugal si vous décidez de faire ce challenge un jour.


Les grands principes de la frugalité

Les grands principes sous-jacents de la frugalité sont pour moi au nombre de 3:

L’efficacité. Pardon de rentrer dans les détails, mais l’efficacité est  la capacité de produire le maximum de résultats avec le minimum d'effort et/ou de dépenses. Donc on fait du mieux qu’on peut avec les moyens qu’on a. Que vous l’appliquiez à la cuisine ou à la gestion de votre garde-robe, l’efficacité fait indéniablement partie d’une bonne vie frugale. L’efficacité fait aussi appel à la notion de fonction. Un appareil électroménager qui  a 5 fonctions est plus efficace que 5 appareils qui n’ont qu’une fonction chacun.

Le minimalisme : le minimalisme est une simplification extrême…de quoi? Bien de tout. Des processus, de la décoration, des biens matériels, des couleurs…etc. Avoir moins implique acheter moins. Acheter moins, implique moins dépenser. Acheter moins force aussi à acheter mieux.

L’argent et faire des économies : bien sûr que l’argent est une partie indéniable de l’équation. Certaines personnes vivront de manière frugale par nécessité, d’autres par choix de vie. Mais le résultat est le même : une réduction des dépenses au minimum.

Appliquer la frugalité à sa vie n’est pas compliqué. Du moins pas quand on a consciemment envie de devenir matérialiste. Je sais de quoi je parle : il y a encore quelques années, j ‘avais encore tellement de vêtements que je n’avais pas à faire de machine pendant un mois (sans remettre les mêmes vêtements deux fois!). Bon, pour autant, il ne suffit pas de jeter 3 t-shirts à la poubelle. Pour un réel effet, il faut penser consciencieusement aux dépenses et à leur utilité. Pour illustrer mes propos, je vais parler de ce que je fais ou ne fais pas pendant ce mois de challenge frugal.

Devenir frugaliste en 3 règles

La première règle que je m’impose, c’est de limiter les dépenses non-essentielles. Par là, je veux dire celles qui ne sont pas liées à ma survie.  Les frais fixez comme le loyer, la facture internet ou les courses alimentaires sont inchangées. Mais celles qui s’apparent plus à un petit plaisir sont réduites. Pour moi, il s’agit de café par ci par là, de courses par gourmandise alors que je n’en ai pas besoin, ou encore de vêtements d’occasion. Je pense que pour devenir frugal, il faut vraiment être à l’aise avec le fait de ne pas toujours avoir ce dont on a envie. Il faut être à l’aise avec le fait d’être mal à l’aise. Tant que vous ne mourrez pas de faim, c’est que vous êtes sur la bonne voie. 

Je ne veux pas paraître moralisatrice. Je pense que c’est important que chacun fixe son seuil de tolérance et les situations qu’il est prêt à accepter. Parfois, vous ne voyez pas comment vous pouvez refuser un verre avec vos collègues alors que vous en avez vraiment envie, ou que vous sentez que vous allez rater une occasion importante. Le but n’est pas non plus de se dégoûter du minimalisme et ne plus vivre. Commencez par être plus prudents avec vos dépenses, et faites les choses qui vous importent le plus. À l’inverse, dites non à ces choses qui vous sont égales et refusez de consommer sans en profiter.

À voir : Vivre le frugalisme en 5 principes

Faire ses comptes

La deuxième règle que je m’impose, c’est de faire les comptes tous les jours. Je le fais déjà à la base, mais pour s’initier à la bonne gestion financière, c’est un exercice pas mal qui vous fera prendre conscience réellement de ce que vous dépensez. Si vous arrivez à faire le challenge avec un(e)ami(e), c’est encore mieux pour être redevable et ne pas oublier. 

La troisième règle de ce mois est de se débarrasser de tous les objets qui n’ont plus leur place dans votre vie. Certains devront faire un grand tri. Pour moi, ça a commencé par la garde-robe où il me restait une dizaine de vêtements et d’accessoires à enlever et à mettre sur des sites de vente d’occasion. Puis, j’ai trié mes cosmétiques, médicaments, accessoires de beauté, etc…et j’ai transformé 5 tiroirs en 2 petites boîtes. Quand vous commencez à vous demander « dans quelle situation je peux utiliser cet objet? », c’est que l’objet est déjà probablement inutile. 

À lire: 6 Manières dont vous gaspillez peut-être votre argent

J’ai aussi trié mes objets électroniques et cables  en touts genres et réduit au minimum. Si ça peut vous aider, l’astuce que j’utilise c’est d’avoir une boîte spéciale « déchetterie » près de mes poubelles et une boîte « dépôt-vente ». Ça m’encourage à trier au fur et à mesure. Je dois avouer aussi que ce qui me motive, c’est d’avoir de l’argent grâce aux objets que je vends, afin de payer les nouvelles choses que je veux. 

La frugalité reste une question de bon sens selon moi. On doit profiter d’avoir une vie où on peut vivre dans l’abondance pour essayer de vivre avec peu. Certains n’ont pas ce choix. La vie frugale, c’est aussi faire des choix conscients et ne plus suivre les sirènes de la consommation. 


Si tu as aimé cet article, épingle le sur Pinterest en survolant l'image.


 

Posted on Un commentaire

Comment J’ai Cessé de Dépenser Tout Mon Argent Dans les Vêtements

argent vêtements

J’ai été pendant plusieurs années accro au shopping. Si cette phrase ne vous est pas inconnue, elle laisse penser que j’ai pu faire des changements dans ma vie, qui m’ont aidée à devenir plus raisonnable. Mais pour que cette histoire ne devienne pas une caricature, je dois me pencher sur le contexte dans lequel j’étais.

Je n’ai jamais eu une enfance gâtée, et mes parents ne m’offraient des vêtements que lors des grandes occasions. Cela ne m’a jamais semblé étrange, parce que c’était le cas de toutes mes amies. En allant étudier à l’université, et en étant pour la première fois seule, avec une carte bancaire, je n’avais plus besoin de la permission de mes parents pour acheter, et je n’ai pas fait les choses à moitié.


Les tentations

À l’époque, je me coutais assez peu cher en terme de nourriture et de loyer, et je bénéficiais en même temps de l’allocation logement pour les étudiants. J’avais donc un budget assez confortable. Le plus grand piège qui se présentait à moi, était la possibilité d’aller faire mes courses au centre commercial. C’était d’ailleurs vraiment un hasard que j’habite si près.

Cela voulait dire que chaque semaine était une opportunité pour aller faire la bonne dizaine de magasins à la recherche de promos. J’ai honte, mais j’achetais des vêtements pas chers, de mauvaise qualité, des chaussures made in China fixés à la colle, des bijoux fantaisie qui allaient à la poubelle trois mois après…Bref, rien ne m’arrêtait.

À la fin de mes trois ans d’études, j’avais assez de vêtements pour ne pas avoir à faire de lessive pendant plus d’un mois (et sans remettre les mêmes vêtements plus d’une fois). Oui, oui, je ne rigole même pas. Mes amis de promos me demandaient comment je faisais pour ne « jamais mettre les mêmes vêtements ». 

J'ai rien à mettre

Juste avant de commencer à travailler, je devais faire un tri en préparation de mon déménagement. Et c’est en contemplant mes vêtements cheap, que je me suis demandé « mais qu’est-ce que je vais bien pouvoir mettre pour aller travailler? ». La réponse, cruelle sur le moment, était qu’il fallait se débarrasser de pas mal de choses : vêtements de mauvaise qualité, vêtements trop « jeunes », vêtements pas assez sobres….essentiellement des choses qui ne correspondaient plus à ma nouvelle vie de jeune employée.

Cet été là, je me suis suis débarrassée de plus de la moitié de mes vêtements avec beaucoup de regrets, et depuis j’ai appris ma leçon! L’achat des vêtements m’a coûté aussi très cher en argent : je dépensais facilement une centaine d’euros tous les mois à acheter des tops à 5€…Si j’avais mis cet argent de côté, j’aurais probablement économisé quelques milliers d’euros sur trois ans selon mes calculs. Je le regrette amèrement, d’autant plus que j’étais dans le rouge pendant un an, lors de ma 4ème année d’études, et j’aurais bien eu besoin de cet argent.

Mes leçons

Aussitôt que vous achetez un vêtement (je dirai même dès que tu cliques « valider » en payant), votre vêtement ou vos chaussures ont déjà perdu de la valeur. Même si vous voulez les revendre neufs, vous ne pouvez pas les vendre au même prix qu’en magasin, car ça devient un objet d’occasion (même si jamais mis!).

Une garde-robe efficace doit comporter plus de basiques que de pièces trop stylisées. La neutralité permet de jouer avec le style. En revanche une pièces trop typée n’a de fonction que dans quelques situations.

Un vêtement en promo/cheap coûte cher. En fait, il va s’user plus vite, et va devoir être remplacé plutôt rapidement.

Vous n’avez pas besoin d’acheter un vêtement super cher pour qu’il soit beau. Il faut cibler des marques en milieu de gamme qui proposent des pièces basiques mais chics.

Si vous voulez savoir où j’achète mes vêtements : sur VINTED, mais aussi chez  COS, NEXT…pour le casual chic nécessaire pour aller travailler.


Si vous avez aimé cet article, épinglez-le sur Pinterest en survolant l'image.


EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Posted on 4 commentaires

6 Manières Dont Vous Gaspillez Peut-Être votre argent

Avec l’argent, personne n’est parfait. Mais il y a ces petites actions que nous avons au quotidien et qui peuvent ruiner nos efforts de mettre de l’argent de côté. Ces petites choses banales peuvent à la longue se cumuler et représenter une somme assez importante sur un an.

La manière de gaspiller de l’argent reflète souvent la tendance vers le consumérisme : plus on a d’argent, et plus on se sent obligé d’en dépenser. Ainsi, même si vous gagnez un revenu confortable, vous avez tendance à vivre au dessus de vos moyens en augmentant votre style de vie.

La vidéo du jour va aborder 6 catégories d’actions où nous dépensons notre argent sans même s’en rendre compte.

EnregistrerEnregistrer

Posted on Laisser un commentaire

8 Façons D’améliorer Sa Santé Presque Gratuites

bonne santé gratuitement

S’occuper de sa santé ne coûte pas toujours cher. Nous croyons souvent qu’il faut débourser des sommes astronomiques pour s’occuper de soi, mais ce n’est pas toujours le cas. Vous pouvez peut-être penser le contraire si vous venez de dépenser de l’argent chez le médecin? Certes, les maladies et autres bobos déjà présents nous font sortir de l’argent, mais vous auriez pu éviter certains d’entre eux en prenant mieux soin de votre santé.

Notre corps est une machine…

Comme toute machine, notre corps demande de l’entretien, et de l’énergie. En surveillant de près cela, nous nous assurons de durer.

Voilà ma vidéo sur 8 manière de prendre soin de vous, qui sortent un peu de l’ordinaire.

À lire : Comment gérer votre budget beauté