Posted on Un commentaire

Bonne Dette, Mauvaise Dette : Laquelle avez-vous ?

bonne dette mauvaise dette

Parlons aujourd’hui d’un sujet sensible qu’est la dette. Comme vous l’aurez deviné avec ce titre, il y a bien deux types de dettes : la bonne est la mauvaise. Bon, bien entendu, chaque personne aura une situation bien différente, et il existe définitivement des zones grises. Toutefois, c’est bien de connaître les critères pour les deux catégories.

Il est difficile de tout payer en cash, surtout quand on parle d’achat de biens immobiliers par exemple. C’est pour ça qu’on peut contracter un prêt sans trop se tromper pour ce genre de dépense. Il existe une vraie différence entre une bonne dette et une mauvaise dette. Voyons les définitions et exemples.


Bonne dette

Une bonne dette est une dette qui va permettre de capitaliser sur le bien matériel ou immatériel acquis. Dans le meilleur des cas, la valeur de ce que vous avez acquis va augmenter avec le temps.

Dans ce type de bonne dette, on peut citer l’exemple des études. Personne ne niera que faire des études est un investissement, et que trouver du travail qualifié par la suite permet de rentabiliser cet investissement. En sachant que le taux de chômage est le plus élevé auprès des gens non-diplômés, il est très dur d’échapper à la case études de nos jours. Il y a des exceptions, mais il faut quel que soit le domaine se former en y mettant du temps, de l’énergie et de l’argent.

Dans le groupe bonnes dettes, il y a aussi le prêt immobilier. Que ce soit pour son logement personnel ou pour un investissement locatif, les biens immobiliers perdent peu de valeur (ceci n’est pas valable dans toutes les régions; il faut alors surveiller une fois par an la valeur de son bien sur le marché pour anticiper une baisse). Dans les régions très demandées, il est possible de faire une plus-value en revendant son bien.

Une bonne dette est aussi par exemple un crédit pour son business. Je parle de ces business qui ont besoin d’un local et d’un inventaire avant d’ouvrir (pas de business en ligne). Les business comportent un peu plus de risque en terme d’investissement, mais quand ils marchent, génèrent suffisamment pour faire des bénéfices.

À lire : 6 Manières Dont Vous Gaspillez Peut-Être votre argent

Mauvaise dette

Il y a beaucoup plus d’exemples de mauvaise dette dans cette catégorie. Une mauvaise dette  est une dette qui n’a aucune valeur ajoutée et qui ne va pas permettre à l’emprunteur de capitaliser sur son acquisition. Je vais tâcher de donner des exemples de la vie commune. Vous verrez que dans le groupe des mauvaises dettes, il y a beaucoup d’éléments qui tournent autour du crédit.

Le crédit à la consommation est une forme répandue de mauvais dette. Que ce soit pour des meubles, des vacances, des vêtements ou de l’électronique/électroménager, emprunter est une très mauvaise idée. Il vaut nettement mieux attendre d’avoir suffisamment d’argent pour acheter en payant immédiatement. Les taux d’intérêt sur ce genre de choses est très élevé par rapport au prix du produit lui-même. 

Avant de souscrire à un crédit à la consommation, il faut se demander si on a vraiment BESOIN d’un objet dans l’immédiat. Si le besoin n’est pas urgent, il est plus simple de mettre une somme de côté tous les mois pour se préparer à faire son achat.

Le crédit renouvelable aussi connu comme crédit revolving est une forme de crédit à la consommation qui est selon moi la forme de crédit la plus mauvaise. D’ailleurs plusieurs associations de consommateurs ont décrié ce genre de crédit, car il entraine un surendettement. Comment ça se passe ? Un organisme ( comme une banque ou un commerce) vous accorde une réserve d’argent que vous pouvez utiliser à tout moment, sans justificatif, en fonction des besoins de financement que vous rencontrez. Avec ce genre de crédit, vous aurez souvent une carte de crédit. 

Après l’utilisation de tout ou partie de votre crédit renouvelable, vous remboursez des mensualités. Lorsque la réserve est reconstituée (en totalité ou en partie), vous avez à nouveau la possibilité de re-consommer à crédit. Voilà pourquoi cette solution de prêt s’appelle un « crédit renouvelable ». Et en effet, il a été prouvé que de nombreux organismes donnent des cartes de crédits à des ménages surendettés sans vérification. 

À regarder : Comment être plus frugal en 5 principes

La zone grise

Pour moi, une zone grise existe, et il s’agit du crédit pour la voiture. La voiture est un vrai gouffre financier, et c’est un objet dont on devrait aspirer à se passer. La zone grise existe pour les personnes qui utilisent leur voiture comme un objet de travail, et/ou qu’ils ne peuvent pas faire autrement. En France, certaines zones rurales sont très mal desservies, et il est valable de considérer un crédit pour sa voiture. Encore une fois, le crédit auto n’a pas un super taux, et est donc peu conseillé. Il ne faut pas oublier pour finir, que la voiture perd en valeur avec le temps, c’est donc typiquement un critère pour la case « mauvaise dette ».

Avec ces infos vous savez maintenant comment décider si vous avez une bonne ou une mauvais dette. Si vous avez une mauvaise dette, ce n’est pas non plus la fin du monde. Remboursez la au plus vite pour passer à autre chose. Faites également attention aux taux d’intérêt de vos crédits, car les mauvaises dettes ont souvent des taux plus élevés. 


Si vous avez aimé cet article, épinglez le sur Pinterest en survolant l'image.


Posted on Laisser un commentaire

Comment Devenir Bon Avec L’argent

bon avec l'argent

Y a-t-il une formule magique ou une compétence spécifique pour devenir bon avec l’argent et les finances personnelles? Est-ce que vous avez « ce qu’il faut » pour vous enrichir et atteindre le confort financier? Est-ce que naître dans une famille modeste vous desert pour gérer l’argent correctement? Voilà autant de questions auxquelles je vais répondre pour vous donner mon avis sur la question, et vous donner bien sûr mes meilleurs conseils pour devenir aussi bon que vous le voulez. Comment devenir bon? En plus des petits conseils ci-dessus, je vais vous dire ce que moi je pense du processus, et ce que j’ai vécu.

Quelques fausses croyances sur le fait d’être bon avec l’argent

Voyons tout d’abord quelques croyances sur l’argent qu’il faut éliminer tout de suite.

Être bon avec les chiffres

Non, il n’est pas nécessaire d’être bon en math pour comprendre les finances personnelles. On fait rarement des opérations complexes, cela se tient souvent à des additions et des soustractions. Ce n’est pas vraiment grave si vous n’arrivez pas à calculer dans la tête; c’est à ça que sert votre smartphone. Il vous suffit d’une note/d’un memo et de la calculette, et vous serez équipé pour devenir expert. La croyance selon laquelle il faut être bon avec les chiffres a tenu à l’écart des finances les femmes (dans leurs propres foyers), les non-matheux, les jeunes, etc pendant beaucoup trop longtemps…il n’y a aucun profil qui doit être exclu de la gestion financière. 

Avoir eu beaucoup d’argent

Je vous ai déjà expliqué que c’est dur de gérer un petit budget, parfois plus dur que de s’occuper d’un gros budget. Ce n’est pas parce que vous avez peu d’argent, des revenus faibles, un passé dans une famille modeste que vous allez être mauvais. Mes grands-parents sont les personnes les plus économes que j’ai jamais vus, et ils étaient pauvres! La bonne gestion ne se transmet pas par les gènes. Vous pouvez devenir bon même si tous les gens autour de vous sont mauvais avec l’argent. L’argent est une ressource, et comme toute ressource, elle doit être gérée qu’on en ait peu ou beaucoup.

Ne pas comprendre les termes techniques

L’argent est un langage compliqué. Vous vous rendez compte quand vous allez rendre visite à votre conseiller bancaire. Mais la vérité, c’est que ça reste une ressource comme une autre (exactement ce que je dis juste avant!). Les termes techniques sont parfois utilisés pour vous embrouiller. Spécialement par votre conseiller d’ailleurs. J’avais l’habitude de dire oui à tout ce que les experts disaient et je leur faisais  confiance sur leur « expérience ». Mais en fait, aucun expert ne veut vraiment que vous vous enrichissiez, ils veulent juste leur part du gateau.

À lire : L’importance de devenir autodidacte

Comment devenir bon avec l’argent

Comment devenir bon? Soyez bêtes. Posez des questions. Posez-vous des questions.  Je n’hésite plus à faire répéter à “l’expert” 4 ou 5 fois un calcul que je comprends pas. En admettant que je sais comment fonctionne une multiplication, un taux d’intérêt, etc…Je considère quune solution que je ne comprends qu’à moitié n’est pas une solution. Enfin, je n’hésite pas à envoyer ch*er les opérateurs, assurances et conseillers ou autres qui essaient de me vendre un produit soi-disant avantageux. Cela implique de dire « okay j’ai les infos, je vais réfléchir et je vous recontacte si ça m’intéresse », ou « non merci, j’ai besoin de réfléchir »…et de raccrocher à la figure de tous ceux qui ne respectent pas vos souhaits. Ne laissez pas les experts vous faire sentir que vous êtes incompétents!

Commencer quelque part

C’est extrêmement important de partir de quelque part, même si c’est de zéro. Vous ne pourrez que vous améliorer, pas vrai? Par exemple commencez par vous demander quelle info vous aimeriez savoir aujourd’hui. Vous pouvez décider aujourd’hui d’aller vous informer sur le prix d’un pack de yaourt pour ne plus vous faire avoir. Ou disons que vous ne savez pas quel livret épargne choisir. Commencez par vous renseigner sur le taux de votre livret A, puis vous tomberez sur le taux des différents livrets, puis vous allez aborder la fiscalité des différent livrets…Tout ça juste en mettant « livret A » en recherche google. Une info par jour ou même par semaine, c’est une info de plus!. Pour bien gérer votre argent, vous n’aurez pas besoin d’avoir des connaissances poussées en finances, juste des petites infos qui vont vous aider à mieux choisir dans la vie de tous les jours.

Utiliser son bon sens

En plus des informations techniques, vous allez encore plus progresser si vous avez confiance en votre instinct. Pour trouver les bonnes affaires, ou les endroits qu’il faut éviter, notre jugement nous donne beaucoup d’indices qu’il faut écouter. Se faire confiance nécessite d’exercer son pouvoir de décision dans différentes situations. Exemple banal, au supermarché, vous avez le choix entre deux produits, comment allez-vous choisir? Au fond de vous, vous connaissez toute la théorie sur les emballages attirants et les fausses promesses, alors utilisez ces infos pour choisir. Je ne dis pas ça parce que je vous prends pour une personne stupide…bien au contraire, vous êtes futé mais vous n’y croyez parfois pas assez. 

Testez et éliminez

Même si vous aimeriez que tout fonctionne du premier coup, ce ne sera pas le cas. Vous allez tester des solutions et voir que ça ne vous conviendra pas. Pire, des fois vous vous tromperez et vous perdrez de l’argent. Mais, particulièrement pour l’argent, on apprend vite ce genre de leçons. Le bon côté, c’est qu’une fois que vous vous habituez à la méthodologie de faire le test- se tromper – recommencer, vous serez suffisamment expert!.

À regarder : 5 Croyances sur l’argent qui sont fausses

Mon histoire

Je vais finir sur mon histoire, parce que je trouve qu’elle illustre bien mes conseils, et j’espère qu’elle vous aidera aussi. Il y a encore 6 ans, je ne savais rien sur les finances. Je ne savais pas que je pouvais mettre en place un découvert, ni que je devais penser à mettre mon argent supplémentaire sur mon livret A. J’ai appris mes leçons à un prix élevé : celui d’être à découvert chaque mois pendant une année pendant mes études. Cette expérience m’a tellement marquée que j’ai décidé que je n’allais plus jamais retomber dans cette situation. Toutes les habitudes que j’ai ne viennent pas de ma famille, qui ne m’a jamais parlé d’épargne ou même d’argent en général. En partant de zéro, vous pouvez donc devenir bon avec l’argent.

J’ai amélioré mes connaissances, une info à la fois. J’ai commencé par me renseigner sur mon compte bancaire, puis mon alimentation…je me suis dit qu’il fallait que j’apprenne à gérer mon budget comme si je ne n’avais que quelques centaines d’euros. Aujourd’hui et au bout de centaines d’infos, je commence à avoir les bases pour comprendre comment investir, comment analyser l’économie d’un pays, comme prédire des tendances économiques…tout ça pour que je puisse faire des meilleurs choix pour ma vie. 

Utilisez des livres, vidéos, formations pour le reste…

Ne restez pas loin des connaissances. Allez vers les livres ou formations sur les finances si c’est ce qu’il vous manque. N’ayez pas peur d’aller vers le thème des finances même si vous pensez que ça peut renvoyer une image bizarre de vous. Tout le monde ne vous comprendra pas, et ce n’est pas grave. Comme toute nouveauté, c’est un peu intimidant au début. Donc, autant vous dire qu’il n’y a pas de mystère ou d’infos cachés qui vous empêchent de devenir bon avec l’argent; il y a juste la curiosité et l’expérience d’exercer cette curiosité.


Si vous avez aimé cet article, épinglez-le sur Pinterest en survolant l'image.

 

Posted on Un commentaire

La Règle #1 en Finances Personnelles

S’il y a des principes en finances personnelles, cette règle est la Sainte mère des règles. Pourtant, nous la connaissons tous cette fameuse règle et nous continuous à l’ignorer dans la vraie vie. Certains rigoleraient même à l’idée de lire ceci comme un principe fondateur. Parlons de cette fameuse règle et des applications .


Une règle mathématique avant tout

Donc partons du principe même de cette règle (et souvent la partie qui fait rire les personnes naives).

Une personne gagne 20 euros et une autre 15 euros…qui est la plus plus riche? 

On ne peut pas répondre à cette question sans avoir toutes les informations. Voilà la situation.Si elle gagne 20 euros et qu’elle en dépense 15, il reste 5 euros. Si elle gagne 15 euros, et qu’elle en dépense 7, il lui reste 8 euros. 

Appliquons cette même situation avec des vrais montants de salaires en multipliant  par 100.

Si elle gagne 2000 euros et qu’elle dépense 1500 euros, il en reste 500. Si elle gagne 1500 euros et qu’elle en dépense 700, il reste 800 euros.

La règle est la suivante : ce n’est pas ce que tu gagnes qui compte, mais ce que tu gardes.

Pourquoi cette règle n'est pas appliquée?

Les gens connaissent cette règle mais ne l’appliquent pas dans la vraie vie. Voici quelques exemples que rencontrés à travers Bliss & Benefits.

Une personne m’a une fois dit qu’elle travaillait à Paris pour gagner plus. Elle ne comprenait pas comment on pouvait économiser plus de 20% de son salaire dans cette situation. On a déjà un petit souci avec cette idée. Pourquoi travailler à Paris pour gagner plus si c’est pour ne pas pouvoir économiser plus?.

Je ne juge pas la décision de vivre à Paris, mais le manque de cohérence entre ces deux objectifs. Vivre dans les grandes villes en général implique de facto plus de dépenses : un coût de vie supérieur, et des dépenses liées aux activités que proposent les grandes villes. Si votre objectif est de pouvoir mettre plus d’argent de côté, il faut que vos revenus soient proportionnels aux style de vie imposé par ces grandes villes. 

Prenons un autre exemple d’une personne qui se plaignait de gagner le SMIC à Paris (oui encore Paris, mais ça pourrait être une autre grande ville). Je comprends que trouver un travail c’est dur, mais Paris est littéralement la pire ville pour y gagner le SMIC. Sauf si cette personne avait une OBLIGATION d’être à Paris, le SMIC est le même partout en France, et il aurait été plus judicieux de choisir une petite ville en province pour se laisser plus de liberté. 

Changer de vie = Changer de ville

Je sais que quand on se voit offrir un poste, on a du mal à dire dire non. C’est logique. Mais quand on a le choix, et si notre objectif est de pouvoir garder le plus d’argent possible et d’avoir un train de vie plus confortable, il faut faire ce petit calcul de coût de vie. Par expérience, je peux vous dire que j’économise autant dans ma petite ville de province que quand j’avais mon job Parisien, et cela même en gagnant plusieurs centaines d’euros en moins.

Ce qui a changé : mon coût de vie (et ma santé mentale au passage). Je comprends que certaines personnes aiment  le style de vie métropolitain, mais ça a un coût. Il reste une alternative qui est d’habiter dans les petites villes proches des grandes et de faire des allers-retours pour profiter de la vie, et garder un loyer bas. Parfois, le coût d’une abonnement SNCF/TER mensuel ou annuel peut être plus rentable que d’habiter dans ces grandes villes!. Encore une fois, tout dépend de votre objectif financier, et il y a toujours un compromis à faire.

À lire : La méthode 50-20-30 : Comment l'appliquer ?

Une règle de rentabilité

Cette même règle peut-être appliquée à des tas d’autres situations où la rentabilité est en jeu. Autre exemple : l’achat d’une voiture. Il faut se poser la question « est-ce rentable ?». Pour faire le calcul, il faut prendre en compte tous les coûts liés à la voiture (assurance, essence, perte de valeur avec le temps…). La praticité est souvent un facteur qui fait pencher la balance, et incite à acheter; or la praticité a un prix. Quand on commence a comprendre le principe de rentabilité qui découle de la règle des finances personnelles, on commence à tout analyser en fonction de ça.

C’est d’ailleurs comme ça que je résonne pour mes appareils électroniques ou mes meubles (je vous avais fait une vidéo la dessus d’ailleurs!) où je me dis : « À quel prix je peux revendre cet objet ? ». La règle reste la même, ce n’est pas le prix d’achat qui compte mais le prix de revente. Par exemple, je peux acheter une chaise chez Babou à 15 euros (font-ils des chaises? Je ne sais pas ). Je sais que je ne peux pas la revendre au dessus de 5 euros par la suite, car elle  n’a pas de valeur. J’achète une chaise chez Maisons du monde à 100 euros, je peux la revendre à 95 ou même 90 euros (si elle est en bon état) et je perds 5-10 euros seulement.

Le coût de vie optimisé

Un dernier exemple que je trouve pertinent de mentionner est celui des expats. Venant moi-même d'un pays où les expatriés arrivent en masse, je peux vous dire que leur calcul de rentabilité est vite fait. Vous verrez beaucoup de gens déménager dans des pays avec une monnaie plus faible (et qui sont accessoirement des petits paradis sur terre). Cependant ces gens vont dans ces pays en y gagnant un salaire européen avec des revenus en euros. Ils vivent une vie moyenne en France, mais deviennent les rois du monde, là-bas. Ces gens sont selon moi, ceux qui ont tout compris à la Sainte règle no.1.

Je pense que vous aurez bien compris que le salaire n'est pas toujours un bon indicateur pour optimiser ses finances. La règle « garder plus » est universelle et applicable à beaucoup de situations. Il faut y penser, et reprogrammer son esprit à penser dans ce sens si votre objectif est d’augmenter nos économies.


Si vous avez aimé cet article, épinglez le sur Pinterest en survolant l'image.


Posted on Laisser un commentaire

Frugalité : les principes et règles pour l’appliquer

frugalité

Depuis le début du mois, je m’adonne à un challenge vu un peu partout : le février frugal. Un challenge c’est tout simplement un défi avec un objectif précis et des étapes. Le challenge dont je vous parle vient principalement des pays anglophones (est-ce qu’ils savent qu’il y a les soldes ici?), et que j’ai décidé de reprendre sur Bliss & Benefits parce qu’on touche aux finances, au minimalisme : deux thèmes que j’aime bien. Même si le challenge dure tout le mois de février, rien de vous empêche de le faire à un autre moment de l’année. Après tout, la frugalité est un style de vie. La challenge peut être vu comme une initiation.

J’ai voulu profiter du challenge février frugal pour partager un petit peu plus sur les choses que je fais au quotidien pour être plus frugale. Bon avant tout, l’adjectif frugal veut dire qui est simple et qui coûte peu cher. On voit donc une notion d’argent, mais aussi une notion de minimalisme. La frugalité, c’est de trouver la meilleure solution en utilisant le moins de moyens possible. C’est un peu comme quand vous faites la cuisine. Au lieu d’aller faire une recette pour laquelle vous n’avez que 50% des ingrédients, vous allez faire la recette pour laquelle vous avez entre 90 voire 100% des ingrédients. L’optimisation est à la base de cette idée de frugalité. 

Suite à cette petite explication, on va voir les grands principes de la frugalité, comment l’appliquer à votre vie, et quelles règles appliquer à votre mois frugal si vous décidez de faire ce challenge un jour.


Les grands principes de la frugalité

Les grands principes sous-jacents de la frugalité sont pour moi au nombre de 3:

L’efficacité. Pardon de rentrer dans les détails, mais l’efficacité est  la capacité de produire le maximum de résultats avec le minimum d'effort et/ou de dépenses. Donc on fait du mieux qu’on peut avec les moyens qu’on a. Que vous l’appliquiez à la cuisine ou à la gestion de votre garde-robe, l’efficacité fait indéniablement partie d’une bonne vie frugale. L’efficacité fait aussi appel à la notion de fonction. Un appareil électroménager qui  a 5 fonctions est plus efficace que 5 appareils qui n’ont qu’une fonction chacun.

Le minimalisme : le minimalisme est une simplification extrême…de quoi? Bien de tout. Des processus, de la décoration, des biens matériels, des couleurs…etc. Avoir moins implique acheter moins. Acheter moins, implique moins dépenser. Acheter moins force aussi à acheter mieux.

L’argent et faire des économies : bien sûr que l’argent est une partie indéniable de l’équation. Certaines personnes vivront de manière frugale par nécessité, d’autres par choix de vie. Mais le résultat est le même : une réduction des dépenses au minimum.

Appliquer la frugalité à sa vie n’est pas compliqué. Du moins pas quand on a consciemment envie de devenir matérialiste. Je sais de quoi je parle : il y a encore quelques années, j ‘avais encore tellement de vêtements que je n’avais pas à faire de machine pendant un mois (sans remettre les mêmes vêtements deux fois!). Bon, pour autant, il ne suffit pas de jeter 3 t-shirts à la poubelle. Pour un réel effet, il faut penser consciencieusement aux dépenses et à leur utilité. Pour illustrer mes propos, je vais parler de ce que je fais ou ne fais pas pendant ce mois de challenge frugal.

Devenir frugaliste en 3 règles

La première règle que je m’impose, c’est de limiter les dépenses non-essentielles. Par là, je veux dire celles qui ne sont pas liées à ma survie.  Les frais fixez comme le loyer, la facture internet ou les courses alimentaires sont inchangées. Mais celles qui s’apparent plus à un petit plaisir sont réduites. Pour moi, il s’agit de café par ci par là, de courses par gourmandise alors que je n’en ai pas besoin, ou encore de vêtements d’occasion. Je pense que pour devenir frugal, il faut vraiment être à l’aise avec le fait de ne pas toujours avoir ce dont on a envie. Il faut être à l’aise avec le fait d’être mal à l’aise. Tant que vous ne mourrez pas de faim, c’est que vous êtes sur la bonne voie. 

Je ne veux pas paraître moralisatrice. Je pense que c’est important que chacun fixe son seuil de tolérance et les situations qu’il est prêt à accepter. Parfois, vous ne voyez pas comment vous pouvez refuser un verre avec vos collègues alors que vous en avez vraiment envie, ou que vous sentez que vous allez rater une occasion importante. Le but n’est pas non plus de se dégoûter du minimalisme et ne plus vivre. Commencez par être plus prudents avec vos dépenses, et faites les choses qui vous importent le plus. À l’inverse, dites non à ces choses qui vous sont égales et refusez de consommer sans en profiter.

À voir : Vivre le frugalisme en 5 principes

Faire ses comptes

La deuxième règle que je m’impose, c’est de faire les comptes tous les jours. Je le fais déjà à la base, mais pour s’initier à la bonne gestion financière, c’est un exercice pas mal qui vous fera prendre conscience réellement de ce que vous dépensez. Si vous arrivez à faire le challenge avec un(e)ami(e), c’est encore mieux pour être redevable et ne pas oublier. 

La troisième règle de ce mois est de se débarrasser de tous les objets qui n’ont plus leur place dans votre vie. Certains devront faire un grand tri. Pour moi, ça a commencé par la garde-robe où il me restait une dizaine de vêtements et d’accessoires à enlever et à mettre sur des sites de vente d’occasion. Puis, j’ai trié mes cosmétiques, médicaments, accessoires de beauté, etc…et j’ai transformé 5 tiroirs en 2 petites boîtes. Quand vous commencez à vous demander « dans quelle situation je peux utiliser cet objet? », c’est que l’objet est déjà probablement inutile. 

À lire: 6 Manières dont vous gaspillez peut-être votre argent

J’ai aussi trié mes objets électroniques et cables  en touts genres et réduit au minimum. Si ça peut vous aider, l’astuce que j’utilise c’est d’avoir une boîte spéciale « déchetterie » près de mes poubelles et une boîte « dépôt-vente ». Ça m’encourage à trier au fur et à mesure. Je dois avouer aussi que ce qui me motive, c’est d’avoir de l’argent grâce aux objets que je vends, afin de payer les nouvelles choses que je veux. 

La frugalité reste une question de bon sens selon moi. On doit profiter d’avoir une vie où on peut vivre dans l’abondance pour essayer de vivre avec peu. Certains n’ont pas ce choix. La vie frugale, c’est aussi faire des choix conscients et ne plus suivre les sirènes de la consommation. 


Si tu as aimé cet article, épingle le sur Pinterest en survolant l'image.


 

Posted on Laisser un commentaire

5 Résolutions financières à prendre dès 2019

résolutions financières 2019

2018 s’est terminé avec les gilets jaune et a été financièrement compliquée pour tout le monde. Je ne peux que constater que beaucoup de gens autour de moi n’ont rien économisé en 12 mois à cause de la « conjoncture actuelle ». J’ai donc décidé de vous aider à bien commencer l’année en vous donnant ces 5 résolutions qui vont sauver vos finances. Et rendre votre année rentable (et plus agréable en passant).


Résolution 1 : Commencez par vous occuper de  vos grosses dépenses

Vous avez eu l’impression de faire pas mal d’efforts en vous serrant la ceinture en 2018. Au final, les résultats sont médiocres et pas à la hauteur de vos attentes ?. Il y a deux principales manières de faire des économies : en arrêtant vos dépenses, ou en dépensant moins. Quand on s’occupe des finances, il est facile de tellement se préoccuper des petites sommes. Mais on oublie de voir ses finances comme un système global. Il y a peut-être de plus grosses dépenses qui pourraient vous économiser des centaines d’euros d’un coup. Par exemple, renégocier les conditions de votre prêt, ou annuler votre abonnement à la salle de sport si vous n’y allez pas assez. 

Résolution 2 : Enfin décider de lancer ce projet

J’en parlerai de plus en plus cette année, mais il n’a jamais été aussi important de créer des revenus complémentaires que maintenant. Même si votre travail vous plait et vous permet de vous nourrir, la situation économique ne vous permet pas de vous reposer sur vos acquis. Qui plus est, personne ne cracherait sur 100€ de plus tous les mois, ou ne serait-ce qu’un peu plus d’argent pour mieux vivre. Cette année, je vais tout vous apprendre sur comment faire de l’argent.

Résolution 3 : S’éduquer sans cesse

Personne ne viendra vous dire comment gérer votre argent. Personne ne pourra non plus vous consoler quand vous n’aurez pas atteint vos objectifs financiers. Je le dis encore une fois, mais la situation économique ne vas pas cesser de se dégrader. Je pense donc que 2019 est une année où s’auto-éduquer devient nécessaire, voire vital pour s’en sortir. Vous pouvez acheter mes formations pour commencer, mais en plus, il existe des centaines de livres pour apprendre. Beaucoup de gens font une croix sur ça parce qu’ils ont peur des « termes techniques ». Il suffit de trouver le livre, la vidéo, le podcast qui aborde les choses avec simplicité.

Résolution 4 : Trouver sa mission

Je parle d’argent sans oublier de le mettre côte à côte avec la vraie vie et l’épanouissement. J’ai envie que vous compreniez que vos projets de carrière ou de business ne sont pas si inaccessibles. Vous n’êtes pas obligé de rester pauvre toute votre vie. Vous n’êtes pas obligé de faire quelque chose que vous n’aimez pas pour gagner votre vie. 2019 sera une année pour vous pour explorer les pistes de carrière que vous ne connaissez pas encore peut-être, et faire votre max pour concilier épanouissement et finances personnelles.

Commencez bien l'année avec mon planner financier : Voir le Money Bliss Planner

Résolution 5 : Penser à son héritage

Je sais qu'au quotidien avec toutes les dépenses d’un coup, on se contente de gérer au jour le jour. Mais, ça ne nous permet pas de planifier sur le long terme. Quand je prend le temps de me demander : « qu’est-ce que j’ai envie de laisser à mes descendants? », j’ouvre mon esprit à plus d’idées. Je sais que ça devient un luxe de pouvoir planifier sur plus de 2 ans, pourtant, ça ne nous empêche pas de commencer à poser pierre par pierre notre héritage financier et spirituel pour les suivants peu importe notre âge.

Personnellement, je commencerai cette année à dessiner les plans de la maison de mes rêves après avoir passé plus de 2 ans à réunir des photos et des idées. Ça ne me garantit pas de l’avoir, mais au moins je me donne les moyens de commencer.

Donc, concernant les résolutions en général, je pense qu’on a tendance à sur-évaluer notre capacité et notre volonté. Mais quand il s’agit de finances, les mesures sont plus simples que ça en a l’air avec des résultats parfois immédiats. Allons de l’avant et faisons en sorte de mettre en pratique tout ce qu’on peut. Je vous accompagnerai bien sûr avec des conseils, des formations et des outils! Bonne année prospère à tous!

 

Posted on Laisser un commentaire

Je fais le bilan de mes dépenses en 2018

bilan dépenses 2018

En cette fin d’année 2018, vient un moment que j’adore : le moment des bilans. Les fins et les débuts portent beaucoup d’inertie; c’est à dire que ce sont des moments propices au changements. Mais avant d’apporter des améliorations, on doit savoir ce qui a fonctionné et ce qui a échoué. Dans cet article, je vais donc vous faire le bilan de mes plus grosses dépenses pendant cette année 2018. C’est l’occasion pour moi de partager une petite partie de ma vie, et de vous aider peut-être à voir comment je décide de gérer mon argent. Je vais donc vous parler dans un premier temps de mes 3 plus grosses dépenses inhabituelles de cette année 2018. Je vais ensuite vous dire combien je dépense pour des postes plus courants (hors frais fixes).


Mes dépenses inhabituelles en 2018

Je ne trouve pas utile de vous détailler mes dépenses courantes comme le loyer, l’alimentation ou encore les impôts (et qui me coûtent environ 750€/mois). Je pense que comme tout le monde, ces postes de dépenses sont les plus importants dans mon budget. Comme je ne peux pas vraiment les « améliorer», je fais le choix de ne pas en parler plus en profondeur. Je vais toutefois vous parler de 3 dépenses qui m’ont coûté cher cette année et je vais les analyser avec vous.

La Salle de sport

J’avais décidé de m’inscrire à la salle de sport en Janvier 2018. Je voulais reprendre le contrôle et je me suis dit que ça me motiverait à me bouger pour rester en forme. Après 430€ dépensés au cours de cette année, la vérité c’est que je ne suis toujours pas convaincue. Je n’ai pas encore trouvé quel type de sport me convenait, je me suis fait mal aux cours collectifs et j’ai du mal à m’auto-enseigner ce genre de chose. Qui plus est, je n’y ai pas été pendant l’été. Je suis encore engagée pendant quelques mois à la salle, et je me tâte pour tester une forme de sport plus doux pour mes articulations de centenaire. Après avoir étudié différents scénarios, j’ai néanmoins vu que d’autres options me couteraient tout aussi cher. Donc, je pense qu’il faut que je les teste avant de résilier mon abonnement à la salle.

Mes dents

Oui, j’ai dépensé une fortune pour mes dents cette année. Disons plutôt pour ma mâchoire. J’ai appris au début de cette année que ma mâchoire n’était pas bien alignée. Le dentiste avait suggéré que ça pouvait causer des problèmes aux articulations du corps (oui oui c’est possible!). Je n’ai pas hésité à aller chez l’occlusodontiste pour régler ça. Il y a plus glamour. Ce qui est encore moins glamour, c’est le prix. J’ai déboursé 520€ non remboursable pour régler un potentiel problème. Personnellement, je ne sens pas la différence (si ce n’est sur mon compte en banque), mais j’espère que ça m’évitera des soucis dans l’avenir. Je m’en voudrai plus tard si je réalise que j’avais l’occasion de régler un problème, et que je n’en ai pas profité. Donc aucun regrets.

Mon permis de conduire

Oui, cette année j’ai enfin décidé de m’y mettre. Pour info, j’ai le permis dans mon pays (l’île Maurice) depuis que j’ai 18 ans. Mais ayant toujours vécu dans des grandes villes sans voiture, sans parking, sans place, je n’en ai jamais eu besoin. Aujourd’hui, je vis dans une plus petite ville et bien que je n’ai pas de voiture, ça me limite vite quand il faut ne serait-ce que louer une voiture pour faire les courses. J’ai donc décidé en Mars de me lancer. J’ai réussi mon code, mais la conduite est plus longue que prévue, et j’ai dépensé jusque là plus de 2000€. J’espère avoir le Saint-graal rapidement, sinon mon compte en banque et moi allons dépérir en même temps.

Mes dépenses courantes par catégories en 2018

J’ai trouvé utile de vous lister quelques postes de dépenses communes, notamment celles qu’on peut améliorer. Je pense que ces chiffres peuvent changer d’année en année, et cette année a été particulièrement frugale pour moi. 

Vêtements

Je n’ai pas beaucoup acheté de vêtements cette année. En revanche, je me suis débarrassée de pas mal de choses qui ne me convenaient plus dans le style ou qui étaient très vieux. J’ai acheté pour 130€ via Vinted et d'autres sites pour le neuf. Une partie cet argent provient de mes ventes sur Vinted. J’estime que dans cette catégorie, je m’en sors pas mal. J’essaie de me construire une garde robe intemporelle depuis quelques années et je suis assez satisfaite puisque j’aime encore la plupart de mes vêtements.

Soins & Cosmétiques

Je ne suis pas une grande fan de quantité quand il s’agit de maquillage,  forcement ça aide! J’ai depuis deux ans les mêmes produits dans la vie de tous les jours. Je n’achète pas de maquillage pour les occasions spéciales. Un bon fond de teint, un bon eye-liner, une palette, un highlighter et du rouge à lèvres. Je dépense donc mon argent pour des produits de base comme les crèmes hydratantes et je vais souvent vers les mêmes marques.

J’ai commencé à établir ma routine de soins, et je compte bien continuer l’année prochaine. L’idée c’est d’avoir une routine avec 2-3 produits seulement pour le matin et le soir et d’avoir à racheter les produits chers 1-2 fois par an au maximum. Avec tout ça, je suis à environ 170€ pour cette catégorie. Je suis assez satisfaite parce que je fais vraiment attention à ce que j’achète, et je suis contente de mes produits.

À lire : 6 Manières dont vous gaspillez peut-être votre argent

Loisirs et autres

J’aurai du mal à quantifier cette catégorie puisqu’on pourrait mettre pas mal de choses dans les loisirs. Je pense que je dépense une cinquantaine d’euros par mois dans les loisirs donc 600€/an de sorties, de restos et de livres.

J’ajouterai le voyage que je fais pour aller retrouver mes parents tous les ans. Pour moi c’est essentiel, et même vital peu importe le prix, mais je dois dire que ça me coûte environ 1250€ pour 3-4 semaines. Ce qui n’est pas négligeable. Cette année j'ai aussi été à Londres pour 210€.

Vous savez tout à présent de mes dépenses de cette année. Avec du recul, je peux toujours faire mieux, mais je dirai que j’ai optimisé ces dépenses au maximum pour cette fois. Mon but reste de faire des choix plus conscients et plus durables pour tous les objets de mon quotidien. Peut-être que cet article va vous aider à mieux gérer vos propres dépenses et avoir un point de comparaison. Je ne me prends pas pour « le modèle » à suivre, mais sans fausse modestie, j’estime avoir fait un bon travail cette année sur mes finances. Pour économiser plus, je devrai maintenant me concentrer sur le fait d’augmenter mes revenus.

Dites-moi en commentaires si vous avez passé une bonne année financière? Où avez-vous réussi vos objectifs? Où avez-vous moins bien réussi? 

Vous voulez faire mieux ? Commencez à prendre vos finances personnelles en main avec mon planner financier : Le Money Bliss Planner.

Posted on Un commentaire

La Méthode 50-20-30 : Comment l’Appliquer ?

la méthode 50-20-30

Concernant la gestion d’argent, il y a un certain nombres de « formules » qui nous guident sur les bonnes pratiques à adopter. Combien dépenser? Combien économiser? Est-ce que je mets suffisamment de côté? S’il y a une formule qui fonctionne, et qui a déjà aidé des millions de personnes dans le monde, c’est la méthode du 50-20-30. 

Comprendre la méthode 50-20-30

Voici le principe de cette formule qui est en fait une proportion ou un pourcentage.

  • 50% de vos revenus vont vers vos frais fixes prioritaires : loyer, charges, électricité/eau/téléphone,  nourriture, impôts, essence, etc…
  • 30% de vos revenus vont vers vos dépenses non-prioritaires : les sorties, les restos, les cafés, les vêtements, les cadeaux, les loisirs.
  • 20% de vos dépenses vont vers votre épargne et/ou le remboursement de vos dettes et/ou votre fond d’urgence.

Dans beaucoup de cas, les gens arrivent à inverser le 20-30. Ils parviennent à mettre 30% au lieu de 20% de côté. Pour dire que ce n’est pas impossible, mais nécessite d’avoir des revenus correctes et suffisants.

Comment progresser avec la méthode 50-20-30 ?

Bien sûr, cette formule doit s’adapter aux finances de chacun et doit évoluer avec vos revenus, vos dépenses, vos besoins, votre situation ou encore vos projets. Votre objectif final pour devenir prospère sur le long et moyen terme sera de :

  • Réduire au minimum les dépenses obligatoires. Dans un premier temps, on va tout faire pour se rapprocher de ce seuil des 50%. Pour ça, on peut déménager pour réduire son loyer, ou vendre sa voiture si elle n’est pas utilisée, ou encore apprendre à mieux planifier ses repas. Une fois qu’on est proche des 50%, on peut encore continuer à progresser. On peut déménager chez ses parents si c’est possible (mais c’est assez radical et pas possible pour tous), ou continuer à faire des petits changements dans la vie de tous les jours.
  • Les 20% d’économies peuvent être bien entendu augmentées dans l’idéal. La manière la plus direct de le faire, c’est de générer plus de revenus, mais ce n’est pas la plus simple. En réduisant les dépenses obligatoires, on va augmenter naturellement notre potentiel à économiser et/ou à rembourser nos dettes.
  • Enfin, l’argent qu’on met dans les loisirs est largement modifiable. Comme vous l’aurez deviné, plus vous enlèverez les items non-obligatoires, et plus vous réduirez vos dépenses dans cette partie. Il n’est ni bien, ni réaliste d’enlever totalement cette partie, car sur le long terme, on peut plus facilement craquer et dépenser beaucoup d’un coup pour compenser. Qui plus est, la formule du 50-20-30 n’a pas pour objectif de créer une vie de privation, qui rend malheureux, bien au contraire. Il faut simplement mieux s’organiser. Quand on a peu de revenus, mieux vaut aller au resto ou au ciné une fois par mois que de se priver totalement. On peut aussi s’acheter des vêtements d’occasion sur les sites de revente de vêtements au lieu de les acheter neufs. Encore une fois, on est dans une optique d’optimisation et non pas de privation.

À lire : Ces comportements qui affectent vos finances

Qui ne peut pas utiliser la méthode 50-20-30 ?

La raison pour laquelle cette formule simple fonctionne pour tant de gens, c’est qu’elle est indépendante de nos revenus. Car, oui, ça fonctionne aussi bien pour quelqu’un qui gagne un SMIC qu’une personne avec un salaire plus élevé. Pas d’illusion à se faire toutefois, car il y a un certain nombre de situations où il sera difficile voire impossible de l’appliquer.

  • Quand on ne gagne pas de revenus

Et oui, pouvoir appliquer cette formule implique qu’on ait de l’argent à gérer. Les étudiants et les personnes avec des revenus faibles se verront de facto contraints d’utiliser d’autres techniques plus adaptées.

  • Quand on a des dettes.

La formule reste applicable mais il y a une des proportions qui va « sauter ». Ça peut-être celle faite pour les économies ou de préférence celle pour les dépenses de loisirs. 

  • Quand on a une ou plusieurs personne à charge

De la même manière qu’une personne qui a des dettes, une proportion plus ou moins grande va aller vers cette personne. Il convient donc d’ajuster une des proportions.

 

Vous l’aurez compris, la formule du 50-20-30 est pratique et est utile pour se mettre des objectifs financiers au quotidien. Elle peut aider lorsqu’on planifie son budget mensuel. Cette méthode fait ses preuves car elle est flexible et s’adapte à différents budgets. Ceux qui ont utilisé cette méthode ne le regrettent pas. C’est une des premières étapes pour atteindre la prospérité financière.

Avez-vous déjà testé cette méthode? 

 

Retrouvez mes formations pour mieux gérer l’argent : site de formation.

 

la méthode 50-20-30width=”200″ height=”300″ />
Posted on Un commentaire

L’influence de Vos Amis sur Votre Argent

Influence des amis argent

Les amis et l’argent…ça ne peut pas être un article super positif. Je vais vous expliquer pourquoi vous n’avez pas tout à fait tort, et comment faire attention à l’influence de vos amis sur vos dépenses, vos comportements d’achat, ou encore vos projets de vie.


Okay vous savez qu’on ne choisit pas sa famille….mais on choisit ses amis. Vous ressemblez également aux 5 personnes que vous fréquentez le plus. Ce n’est pas qu’en terme de comportement, mais c’est aussi dans la manière de penser et de gérer votre vie. Vous n’avez qu’à observer les gens « riches » qui fréquentent également d’autres gens riches. C’est prouvé que vous ferez des efforts à la hauteur de ceux de vos amis. 

Pour en revenir à l’argent, comment pensez-vous que ça vous influence par rapport à vos amis? Et comment y remédier. 

Habitudes et dépenses de vos amis

Oui, abordons le plus évident : les comportements dépensiers de vos amis. Si vous avez l’impression de toujours devoir consommer quand vous êtes avec vos amis, nous avons un petit problème. Que ce soit l’alcool dans les soirées, ou les vêtements lors des virées shopping, vos amis ne comptent pas. Et vous non plus. Si la plupart de vos sorties impliquent de consommer, vous vous sentirez toujours obligé de dépenser pour passer un moment agréable. 

La solution ? Demandez. Proposez un pique-nique, ou un simple apéro où chacun apporte un aliment de son choix. Ne vous sentez pas obligé de dépenser pour profiter. Il y a sur internet des milliers de recettes en 3 ingrédients à faire en 5 minutes top chrono. Vous en avez marre de dépenser dans de l’alcool? Proposez des cocktails maison, pas cher, et utile pour faire connaître vos talents culinaires. La plupart des gens ne conçoivent même pas ce genre d’idées avant qu’on leur suggère.

À lire : Les comportements qui affectent vos finances.

Les attentes des autres

Il y a aussi les dépenses que l’on fait de manière inconsciente; celles qui nous font acheter pour ressembler à nos amis. Par exemple, si toutes les membres d’un groupe vont à la salle de sport, ne pas être inscrit peut vous faire vous sentir exclu(e). Ce qui va vous pousser à faire pareil, alors que vous n’aimez peut-être pas cette activité. Vous constaterez qu’il peut s’agir d’activités bénéfiques contrairement à boire et faire du shopping. Ce qui va davantage nous pousser à croire que vous faites aussi quelque chose de bien.

La vérité, c’est que personne ne devrait dépenser son argent dans une activité qui ne lui apporte pas de valeur. Nos critères pour définir la valeur d’une activité sont tellement différentes qu’il est impossible de partager les mêmes goûts avec tout le monde. Ne vous sentez donc pas obligé de sortir de l’argent pour appartenir à un groupe. En fin de compte, vous avez tout à perdre à agir ainsi : financièrement comme personnellement.

Projets de vie

Tout comme ce que vous faites pour copier les actions de vos amis, vous vous retrouverez aussi à copier leurs ambitions. Vous allez peut-être commencer à trouver « normal » d’avoir les mêmes types de projets. Vos amis veulent faire le tour du monde tant qu’ils sont jeunes. Vous essayez de vous convaincre qu’ils ont raison. Au fond de vous, vous aviez juste envie de vous poser…mais vous vous demandez s’ils ne savent pas plus que vous.

Ce genre de logique est très commun. Rappelez-vous, on ressemble au 5 personnes qu’on fréquente le plus. Si vos amis ont peu d’ambition, ou s’ils ont des projets qui ne sont pas financièrement intelligents, vous allez vous embarquer dans le même genre de chose avec eux sans trop remettre leur parole en question.

Vous pouvez bien sûr faire l’effort de suivre vos projets, vos idées, vos principes. Écrivez-les si vous pensez que vous pouvez les perdre de vue. 

À lire : Le planner qui va vous donner envie de gérer vos finances

Vous l’aurez compris, vos amis ne sont pas toujours bons pour vos finances. Même si humainement, je ne doute pas que de soient des gens sympas, et cool, il faut dissocier leurs décisions de vos décisions pour tirer le meilleur de cette amitié. Mon but n'est pas de faire de vous un(e) vieux/vieille aigrie riche et sans amis, mais c'est surtout de vous permettre de choisir vos amis et vos activités en ayant conscience de leur influence sur votre vie.

Pour aller plus loin:

money bliss planner
Le Money Bliss Planner
Posted on Un commentaire

Comment S’habiller Pour Être Plus Productif

 

 Pourquoi il est important de bien s’habiller? La tenue vestimentaire n’est pas la chose à laquelle on pense en premier quand on cherche à s’améliorer de l’intérieur. Pourtant, elle joue un rôle fondamental dans la manière dont on se sent dans notre tête et dans notre corps. J’ai pu sérieusement voir la différence dans mon comportement quand j’ai voulu investir un peu plus d’efforts dans mes habits.  J’ai pu être plus productive, je vous explique tout sur ce principe.


La première chose qui me vient en tête quand on me dit « Il faut bien s’habiller, même à la maison.. » c’est une image d'un peignoir en satin et des pantoufles en moumoute. 

Pendant mes études, j’ai toujours fantasmé sur le combo tailleur-escarpins comme dans les films. En réalité, je pouvais aller travailler en jogging, personne ne me dirait rien. Je ne l’ai jamais fait, mais bon j’ai étudié l’idée. Disons que pendant toutes ces années, je n’ai pas forcément investi dans mon style. En restant un minimum pro, je m’habillais plus pour le confort. Maintenant que je travaille plus souvent à la maison, j’avais commencé par m’extasier à l’idée de travailler en pyjama toute la journée.

Après un certain temps, j’ai réalisé que je me sentais molle et moche à chaque fois, et que je ne savais plus comment m’habiller. Qui plus est, mon chignon (que je fais avant de me doucher) reste intact jusqu’à l’heure du coucher. Je pense qu’on peut tirer le signal d’alarme à cette étape. En fait, je ne m’habillais plus de la manière dont je me sentais. 

Après cette expérience, je trouve qu’il est indéniable que les vêtements peuvent changer l’image que vous avez  de vous-même. Quelque part, c’est un cercle vertueux. Vous appréciez qui vous êtes, et comment vous vous sentez, vous vous habillez bien pour le refléter, et vos vêtements vous aident à vous sentir vous-même.

Si j’avais à aider quelqu’un à s’en rendre compte, et à faire plus attention voici les conseils que je lui donnerais:

1. On Trie, On Jette, On recommence

Il faut commencer par éliminer tous ces vêtements qui sont confortables mais moches. J’avais des dizaines de pulls amples et recouverts de bouloches que je mettais sans réfléchir. J’espérais au fond que les gens allaient trouver ça normal. Peut-être que c’était le cas, mais quand j’avais ce genre de vêtements, je ne me sentais jamais crédible et j’essayais d’être la plus discrète possible. 

Il faut aussi se débarrasser de ce que tu utilises comme « homewear » . Ce sont juste des vêtements immondes que tu ne mets plus depuis la 6ème. J’avais des dizaines de pulls amples, des t-shirts confortables mais moches que je ne voulais pas jeter « au cas où… ». Je me rends compte que quand je devais choisir un vêtement pour la journée, je prenais automatiquement celui qui avait le moins de valeur à mes yeux.

2.Mignon mais confortable 

Hey on est en 2018, et le confort n’exclut pas l’esthétisme. En plus, la mode des vêtements amples ne fait que se prolonger. Mais il faut déjà s’équiper de ces vêtements qui ont des coupes plus moderne. Ils sont volontairement amples (et surtout bien coupés) contrairement au pull de ton mec en mode XXL.

Il n'est pas nécessaire de dépenser une fortune. Il y a clairement un choix de qualité à faire vs. quantité.

À lire : Comment j'ai cessé de dépenser tout mon argent dans des vêtements.

#3. Oser S’habiller 

Je sais que c’est dur d’oser mettre ses pièces les plus pétantes pour une sortie normale ou pour la maison. Mais le constat est que ça te rend plus productif.

Je me sens plus éveillée, plus moi-même (j’ai envie de conquérir le monde…haha ok on va s’arrêter là). Non, mais plus sérieusement, à chaque fois que j’ose mettre une belle tenue, je me dis que c’est la manière dont j’aimerais m’habiller dans ma vie idéale. Je suis donc en train de mimer les conditions de cette vie dont je rêve afin d’attirer les bonnes ondes, (cf. la loi de l’attraction SVP!).

Maintenant, vous commencez à voir la subtile différence entre s’habiller comme on se sent VS. S’habiller comme on aimerait se sentir. Pour savoir comment vous devriez vous habiller, il n’y a rien de plus à faire que d’observer autour de soi. Quand vous voyez une personne bien habillée qui reflète la confiance et le pouvoir, cherchez à décortiquer ce qu’elle porte pour pouvoir vous en inspirer. 

Enfin, s’habiller comme on se sent, c’est avant tout une question d’habitude. Si vous ne mettez pas cette habitude en place au quotidien, vous aurez peu de chances de voir les bénéfices. 

Pour développer votre confiance en vous, j'ai créer une formation spéciale qui comprend également la partie vestimentaire : par ici.

 

Vivre intentionnellement, c’est avant tout une question de volonté. Si tu le laisses aller, tu n’as pas le moyen de mettre tout ton potentiel en avant. Bien s’habiller, ce n’est pas superficiel, car ça influence la manière dont on se sent, et notre estime de nous-même. S’habiller confortablement n’exclut pas le style, et il n’est pas nécessaire de faire ce genre de concession de nos jours. 

 

Posted on Laisser un commentaire

Dave Ramsey et Sa Stratégie Financière

Si vous vous intéressez aux finances personnelles, vous avez sûrement déjà entendu parler de Dave Ramsey.  Ce businessman et entrepreneur américain est extrêmement connu outre-manche pour son travail sur les finances personnelles. Il anime le Dave Ramsey Show qui est à la fois un podcast et une émission live sur Youtube.

La raison pour laquelle je voulais parler de Dave Ramsey, est que je trouve son approche très pertinente. Il a développé une méthode de gestion des dettes la “debt snowball” qui a fait ses preuves depuis longtemps.

La première chose que j’aime dans son approche, c’est le fait qu’il recommande des “baby steps”. Littéralement “des pas de bébé”. C’est l’approche que je préconise également : des petits pas maintenus sur la durée ont un énorme effet positif.

Voyons à présent ce qu’il recommande.

#1. Mettre 1000 € en fond d’urgence de côté

Depuis le temps que je vous parle de fond d’urgence sur ma chaîne, vous savez déjà de quoi il s’agit. Si vous découvrez seulement maintenant, c’est en fait un fond fait spécialement pour les imprévus de la vie (urgentes uniquement!) : voiture qui tombe en panne, clés perdues, urgence médicale. Bref, toutes ces choses qui peuvent être qualifiées d’incident et qui ne peuvent pas être déduites de nos revenus mensuels. Avoir un fond d’urgence n’est pas un luxe, c’est une nécessité absolue pour devenir financièrement responsable.

#2. Payer toutes les dettes avec le “Debt Snowball”

Le “Debt Snowball” (comprendre boule de neige des dettes) est une des méthodes qui a fait la célébrité de Dave Ramsey. Cette méthode de remboursement des dettes consiste à contribuer mensuellement la plus petite somme possible vers chacune des ses dettes. (mais il faut TOUTES les rembourser mensuellement). Ensuite dès que vous avez un peu d’argent en plus, vous l’utilisez pour rembourser la plus petite dette que vous avez. Ce principe vise à motiver les gens à traiter leurs dettes le plus rapidement possible. Il y a souvent aussi un fort taux d’intérêt sur des petits prêts, c’est une raison de plus pour les rembourser en premier.

#3. Mettre 3-6 mois de frais de vie de côté

Au delà du fond d’urgence, il faut absolument avoir des économies qui devront durer plus longtemps que les frais d’urgence. Prenons par exemple un licenciement : vous aurez besoin de plusieurs mois d’économies le temps de retrouver un travail. Il faut donc déjà connaître vos dépenses mensuelles, puis multiplier cette somme par 3,4,5, ou 6 si possible.

#4. Investir dans sa retraite

Il est clair que cette règle ne s’applique qu’en partie en France, car nous cotisons déjà pour la retraite. Par contre, au moment où j’écris ce post, l’âge estimée de la retraite en France pour quelqu’un qui a 25-30 ans en ce moment est de 68 ans. Cet âge parait improbable, mais est bien vrai. Il n’y a pas de certitude de toucher cette somme lorsque nous serons à la retraite. Il est donc important de penser à sa retraite dès maintenant. Dave Ramsey recommande d’investir 15% de ses revenus dans sa future retraite, que ce soit dans des fonds privés ou un compte privé spécialisé.

#5. Préparer l’étude des enfants

Même si vous n’en êtes pas encore à ce stade, l’étude des enfants est un des coûts les plus élevés dans la vie d’un parent. Beaucoup se rendent compte de l’impossibilité de financer des études bien trop tard, souvent quand l’enfant est déjà à la fin de son adolescence. Si c’est quelque chose qui vous parle, pensez à mettre de côté dans ce but dès que vous avez remboursé toutes vos dettes.

#6. Finir le paiement de la maison le plus tôt possible

Le titre de ce paragraphe est assez parlant. Selon le moment où on l’achète, rembourser le prêt immobilier le plus vite possible semble être très important. La somme empruntée cessera alors d’être un fardeau et laissera la place au financement d’autres projets.

#7. S’enrichir et Donner en Retour

Dave Ramsey estime qu’une fois qu’on a payé sa maison et les études des enfants, on ne peut que continuer à s’enrichir. Mais pas que finalement, car il recommande aussi de redonner cet argent et de l’investir dans les causes qui valent le coup.