Posted on Laisser un commentaire

L’importance de Devenir Autodidacte

devenir autodidacte

Devenir autodidacte est accessible à tous. Pourtant, il y a encore 10 ans, alors qu’internet n’était pas exploité pour apprendre, on devait encore payer pour des cours, des certificats et des stages. La connaissance n’a plus de limites physiques, et elle n’est plus « détenue » par les plus privilégiés. On peut apprendre à réparer une machine à laver, tout comme on peut apprendre un métier. Il est plus que jamais possible d’utiliser ce levier pour littéralement transformer ses idées en réalité.


Pourquoi devenir autodidacte?

Un monde de liberté

Il y a encore 2 mois, j’ai appris comment fonctionnait la finance des marchés. J'ai aussi appris à créer un site, créer des cours, ou vendre. Apprendre est quelque chose qui ne m’a jamais lassée, et qui continue de me passionner. Je suis devenue autodidacte grâce à internet, et sans vraiment m’en rendre compte. Tu commences par chercher une requête, et tu finis par acheter des cours. Maintenant, c’est une force que je fais jouer en ma faveur dans tous les domaines de ma vie.

Devenir autodidacte ouvre les portes à de nouvelles possibilités de transformer une idée en projet concret. Ça enlève toutes les barrières qu’on peut avoir à l’idée d’aller s’inscrire à une formation. Commençons par les barrières mentales. Grâce à internet, vous pouvez vous intéresser à un sujet, et abandonner une idée dès qu’elle ne vous plaît plus. Cette liberté de découverte infinie ne serait pas possible avec un stage ou un cours.

Ensuite vient la question de l’argent : pourquoi payer quand tout est déjà gratuit?. Tous les MOOCs qui sont gratuits, toutes les vidéos Youtube, tous les blogs sont entre autres des sources de connaissances illimitées de qualité qui sont à un clic de nous. Tout ce contenu rendra obsolète la formation supérieure classique dans quelques années selon moi. Devenir autodidacte implique aussi le fait de pouvoir échanger avec des gens qui ont plus de connaissances que soi dans un sujet. Et cette personne peut être à l’autre bout du monde. 

Rester à jour

Devenir autodidacte est indispensable pour rester informé, et à jour dans son domaine d’expertise. On a beau être « un pro » dans son domaine, les tendances et évolutions rendent régulièrement obsolètes nos connaissances. Beaucoup de personnes qui n’ont pas connu Linkedin ou Twitter lors de leurs études ou de leur embauche sont aujourd’hui obligés d’utiliser ces réseaux pour rester pertinents. Certains suivent mêmes des stages, ateliers et séminaires pour continuer à bien faire leur travail.

Comment devenir autodidacte?

Quoi rechercher?

Devenir autodidacte n’a rien de compliqué. Il suffit de s’intéresser à un sujet. Jusque là ce n’est pas très difficile. Une fois que vous avez un sujet que vous aimez, un petit coup de Google va vous aider à trouver les premières sources faisant figure d’autorité dans le domaine. Au fil de vos recherches, vous allez tomber sur des références récurrentes : des personnes, des endroits, des méthodes…qu’il faudra encore creuser. Bon je ne vais pas vous expliquer comment fonctionne Google mais vous avez compris l’idée.

Quand je tombe sur une personne intéressante dans son domaine, je vais chercher le parcours de cette personne et ses exploits notables. En gros j’essaye de comprendre comment cette personne a réussi. J’aime beaucoup suivre ces « figures d’autorité » soit sur Instagram, ou sur Linkedin par exemple. Ça me permet de suivre encore plus d’infos pertinentes qu'elles partagent.

Comment apprendre?

Un conseil que je peux donner aux futurs autodidactes, c’est de prendre leur apprentissage au sérieux.  Je pense qu’il y a différents types de contenu pour apprendre sur Internet. Il y d’un côté le « tuto » que vous allez voir pour réparer votre machine, et il y a le gros MOOC qui va vous apprendre des connaissances plus profondes sur un sujet. Pour le second exemple, il est utile de prendre des notes, de s’entrainer, et de lire sur le sujet si on veut intégrer les infos. Plus le contenu sera profond, et plus cela demandera de la régularité. J’ai mis 3 mois pour faire un MOOC de 7 semaines, donc c’est pour dire comme il faut s’y coller. C’est facile de lâcher l’affaire, parce que personne n’est là pour nous punir. 

Quelles ressources pour apprendre?

Les réseaux sociaux/pro

Youtube, Instagram et aussi Linkedin sont de super ressources pour apprendre contrairement à ce que les gens pensent. Pratiquement toutes les figures d’autorité dans ce domaine ont un profil sur un de ces réseaux. Encore faut-il les suivre, regarder leurs vidéos, suivre leurs lives, etc…Je peux dire en toute honnêteté que j’ai appris plus de choses grâce à Youtube que dans un cursus universitaire. Ce qui est bien avec ces sources, c’est que les entités qui délivrent l’info prennent le temps et l’énergie de le vulgariser et le simplifier. Si vous n’avez pas compris le contenu d’une vidéo, il y aura toujours une autre pour s’aligner avec votre degré de compréhension. Dans la vraie vie, ça équivaudrait à changer de prof quand on a un prof nul.

Les plateformes de MOOC

Les plateformes comme Coursera, EdX, Udemy, ou encore Skillshare permettent d’acquérir des compétences plus professionnelles. Sur Coursera et EdX, vous trouverez les cours dispensés par les plus grandes universités au monde (souvent en anglais du coup). Depuis peu, on peut y faire tout un diplôme sur plusieurs années. Les cours sont gratuits pour la plupart, mais en échange d’une petite somme, et de rendre vos devoirs à temps, vous pourrez avoir un certificat. Udemy et Skillshare sont deux plateformes où des personnes indépendantes proposent des cours sur des sujets spécifiques. Ces cours sont souvent payants. 

À lire: 5 choses dans lesquelles investir pour sa carrière

Les livres

Ne sous-estimons pas la pertinence des livres même dans l’ère d’internet. Amazon reste bien sûr la référence pour trouver les meilleurs livres sur n’importe quel sujet. Avec l’existence du format Kindle, on a aussi accès à des livres d’auteurs indépendants qui peuvent diffuser leur contenu plus facilement.

On peut être reconnaissant de vivre à une époque où on peut « changer le monde » en pyjama. Vous réaliserez après ça que vous êtes dans doute déjà un peu autodidacte. Maintenant, pourquoi pas relever le niveau, et utiliser ça comme un levier pour accomplir ce que vous voulez?

Posted on 2 commentaires

5 Choses dans Lesquelles Investir Pour sa Carrière

investir dans sa carrière

Pourquoi investir dans sa carrière si on est censé gagner de l’argent ? Oui, l’idée peut paraître inhabituelle, mais elle est indispensable pour se démarquer lors de sa recherche d’emploi, ou pour commencer n’importe quelle carrière finalement. Investir en soi pour commencer reste un des meilleurs investissements qu’on peut faire pour son avenir. Tout comme on fait des études pour approfondir nos connaissances et notre expertise, on doit par la suite se présenter comme un beau package à ceux qui vont nous rémunérer. Voyons maintenant 5 choses dans lesquelles investir pour sa carrière.


  1. Un CV

On ne parle pas de n’importe quel CV fait sur Excel ou word. Un CV est la première image qu’on a de vous. Si vous êtes entrepreneur, on parle aussi d’un kit media ou un genre de CV de votre parcours. Pourquoi investir dans un CV ? La plupart des gens se contentent de lister leurs études et expériences sous forme de liste, ou ne font que faire ce qu’ils ont appris à des ateliers CV.

Mais au final, on doit vendre bien plus qu’une liste, on vend un profil cohérent. Quand on le lit, on doit pouvoir deviner le type de « personne » et ses préférences. Donc un CV a un sens de lecture, et une hiérarchie. Confier son CV à un graphiste pro spécialiste des CVs est donc un investissement sur. Non seulement, il/elle saura mettre en valeur VOS informations, mais il pourra aussi adapter le thème et les couleurs pour refléter votre personnalité. Vous aurez ensuite la possibilité de récupérer le modèle et de le faire évoluer au fil de votre carrière.

  1. Des cartes de visite

En complément du CV, les cartes de visite font très « pro ». Plus sérieusement, c’est aussi un petit plus en ce qui concerne la crédibilité. Au début de votre carrière, vous n’allez pas en donner des dizaines, mais en donner un ou deux à des évènements ou des entretiens d'embauche feront toute la différence. Pas la peine d’investir des centaines d’euros, les cartes premier prix feront largement l’affaire pour commencer à investir dans votre carrière.

  1. Une photo pro

C’est souvent dur de trouver une photo de soi adaptée pour ses profils pro ou son CV. Pourtant, c’est votre image qui est en jeu. Alors oui, vous n’allez pas non plus mettre des photos de vacances, mais les gens sont souvent tentés de couper leur tête d’une plus grande photo. On évite aussi le selfie. Rien ne vaut une petite seance en studio photo pour quelques dizaines d’euros et qui seront faites sur mesure pour ce genre de chose. Sinon, vous pouvez toujours demander à quelqu’un avec un bon téléphone ou un appareil photo pro. Attention à toutefois considérer la luminosité car c’est LE détail qui fait la différence entre un pro et un amateur.

  1. Un site web

Même s'il y a Linkedin, un site web est utile pour créer un portfolio virtuel. Dans cet exemple, on va investir du temps dans sa carrière. Linkedin sera un résumé de ce que vous faites, mais si vous voulez détailler certains projets plus en profondeur, mettre des images et plus, un site sera mieux adapté. Il est ensuite conseillé de mettre les liens de ce site sur votre Linkedin. Inutile de doubler le contenu. Les deux peuvent être complémentaires. Encore une fois, cela vous coutera quelques dizaines d’euros par an pour une URL personnalisée et sinon il reste des éditeurs de sites comme Wix qui sont okay dans un premier temps.

  1. Une identité graphique

La plupart des conseils que je viens de donner sont des éléments très visuels. Quand on travaille avec ce genre d’éléments. il faut rester cohérent d’une plateforme à l’autre. Par exemple si vous avez un haut rouge vif sur votre photo de CV et que le thème de votre CV est sur le vert, puis que votre site est un thème jaune vif, il y a un manque de cohérence par rapport à cette image qu’on se fait de vous. Les couleurs, les graphismes et la police sont donc très importants à analyser et maintenir. Vous pouvez encore une fois faire appel a un graphiste ou trouver des ressources gratuites en ligne sur Pinterest par exemple. 

À lire : S'habiller pour être plus productif

Voilà comment investir quelques dizaines ou quelques centaines d'euros pour sa carrière. Inutile de vous dire que le retour sur investissement se matérialisera par les opportunités qui vont arriver à vous. Même si vous être tout juste diplômé(e), vous pouvez mettre en pratique plusieurs de ces conseils avec un petit budget.

investir dans sa carrière
Posted on 2 commentaires

Devenir Adulte : Pourquoi on parle d’adulescence ?

devenir adulte

Être adulte, c’est dur. Être jeune adulte, c’est un peu plus dur.  Vous remarquerez qu’on parle aussi de l’adulescence : cette phase floue de transition entre l’adolescence et la phase adulte. Pourquoi cette phase transitoire est de moins en moins pris au sérieux (par les “vrais adultes”) et de plus en plus longue? Et quelles sont les conséquences sur la vie d’un(e) adulte?


Personnellement, j’ai mis longtemps à intégrer que j’étais adulte. Ça fait pourtant déjà 10 ans. Pour cause, je n’ai pas ressenti ce que j’avais espéré, voire planifié ressentir lors de devenir adulte. Je suppose que je m’attendais à ce que du jour au lendemain, les gens commenceraient à me traiter différemment. Oui, j’ai aussi trop regardé Les frères Scott. Même si j’ai commencé à payer le loyer, et que j’ai pu cesser de compter sur mes parents pour payer mes études, mentalement la transition était plus difficile.

J’ai réalisé que je n’étais pas la seule dans ce cas. Certains changements sociétaux ont contribué à ralentir le début de la phase adulte. On va voir dans cet article ce qui retarde cette étape et ses conséquences.

Des études plus longues et plus couteuses

Avec les exigences du monde professionnel, faire des études plus longues devient plus commun. Les jeunes visent le bac+5 et au delà pour être surs d’être sur la bonne voie. Au master s’ajoute le master spécialisé, ou encore le doctorat. Bref, les études semblent interminables. Alors qu’avant, il était commun de commencer à travailler vers 22 ou 23 ans, ce n’est pas étrange de commencer à 24-26 ans de nos jours. Comme si cela n’était pas suffisant, on commence la vie active avec plus de dettes également. De plus en plus de jeunes prennent des prêts étudiants car leurs parents ne peuvent pas payer leurs études. 

Je pense qu’on peut dire que ce n’est pas la situation financière idéale pour commencer la vie active. Le résultat, c’est que nous avons des jeunes qui tardent plus à prendre leur indépendance. Ils retournent même parfois chez leurs parents pour pouvoir rembourser leurs prêts. Beaucoup de jeunes adultes vivent ces situations comme un échec, et se sentent infantilisés et dépendants.

Une vraie tendance à vouloir expérimenter et profiter de la vie

J’en avais déjà parlé dans mon article sur les millenials, mais je vais le répéter ici. Les jeunes adultes (millenials compris) préfèrent parfois faire un compromis sur les revenus pour une expérience plus épanouissante. Okay, et des fois, ils ne font qu’un compromis sur le salaire tout court. Sinon, en supposant qu’ils ont pris leurs parents comme contre-exemple de personnes épanouies, ils n’hésitent pas à prendre une année sabbatique, à lancer un projet indépendant ou encore à s’expatrier. Le risque en vaut peut-être la chandelle. Toutefois, il semblerait que quand ces aventures ne mènent pas toujours à des chemins de vie plus stables et plus lucratives, les individus se retrouvent bien souvent frustrés (et ont plus de mal à décoller) par rapport à leurs semblables qui cherchent une voie plus classique.

Le problème ne vient pas du fait de vouloir « expérimenter », mais plutôt celui de ne pas prendre cette expérimentation au sérieux, comme si celle-ci ne comptait pas. Au final ces adultes se retrouvent pas loin de leur trentaine avec les conséquences de leur expériences qu’ils n’ont pas su arrêter ou faire durer. L’expérimentation devient du coup de la procrastination déguisée.

À lire : Les Millenials et l’argent

Des choix de vie stratégiques plus (trop) tard

Avec la fin des études tardive, cela décale aussi la construction d’une vie sentimentale stable à plus tard. Ce n’est pas absolument nécessaire, mais la vie sentimentale a beaucoup d’impact sur les décisions, les finances et le patrimoine individuel d’une personne. Beaucoup de gens se « casent » avec la personne qui semble être la plus proche d’eux pendant leur vingtaine, et pensent “faire passer le temps”. La phase adulte est retardée quand ces personnes ne prennent pas en compte l’importance de faire ces choix stratégiques alors que le moment est encore bon. 

Ceux qui ne sont pas en couple dans leur vingtaine et qui ne cherchent pas un partenaire stable se retrouvent à accélérer toutes les étapes une fois qu’ils sont avec une personne à peu près correcte. Des décisions sur le mariage et les enfants se font plus hâtivement, sous pression et dans l’urgence. Autant vous dire que le succès sur le plan sentimental sur le long terme n’est pas toujours au rendez-vous.

Une attitude peu encourageante des adultes

Un dernier point que je voulais soulever, c’était concernant l’attitude des adultes plus âgés envers les jeunes adultes. Le mot « millenial » n’a fait que décrédibiliser les jeunes adultes à cause de toutes les connotations négatives qui l’accompagnent. Je pense que les adultes ont de plus en plus de mal à prendre ces gens de 20/30 ans au sérieux, et à les voir comme plus frivoles. Même les parents de ces jeunes adultes ont tendance à traiter cette prise d’initiative comme une énième crise d’adolescence ou une crise identitaire. Les parents se disent : «  c’est pas grave il/elle a le temps ». 

La vérité, c’est qu’il faut traiter les choix des jeunes adultes comme de vrais choix, et non pas comme des expériences dénuées de sens. Tester, c’est aussi faire des choix courageux par la suite. Bien sûr, les jeunes adultes ont besoin d’être rassurés, mais ils ont aussi besoin d’être pris au sérieux par leurs parents, leurs employeurs et leurs semblables.

À lire : The defining decade par Meg Jay

Posted on Un commentaire

Comment S’habiller Pour Être Plus Productif

 

 Pourquoi il est important de bien s’habiller? La tenue vestimentaire n’est pas la chose à laquelle on pense en premier quand on cherche à s’améliorer de l’intérieur. Pourtant, elle joue un rôle fondamental dans la manière dont on se sent dans notre tête et dans notre corps. J’ai pu sérieusement voir la différence dans mon comportement quand j’ai voulu investir un peu plus d’efforts dans mes habits.  J’ai pu être plus productive, je vous explique tout sur ce principe.


La première chose qui me vient en tête quand on me dit « Il faut bien s’habiller, même à la maison.. » c’est une image d'un peignoir en satin et des pantoufles en moumoute. 

Pendant mes études, j’ai toujours fantasmé sur le combo tailleur-escarpins comme dans les films. En réalité, je pouvais aller travailler en jogging, personne ne me dirait rien. Je ne l’ai jamais fait, mais bon j’ai étudié l’idée. Disons que pendant toutes ces années, je n’ai pas forcément investi dans mon style. En restant un minimum pro, je m’habillais plus pour le confort. Maintenant que je travaille plus souvent à la maison, j’avais commencé par m’extasier à l’idée de travailler en pyjama toute la journée.

Après un certain temps, j’ai réalisé que je me sentais molle et moche à chaque fois, et que je ne savais plus comment m’habiller. Qui plus est, mon chignon (que je fais avant de me doucher) reste intact jusqu’à l’heure du coucher. Je pense qu’on peut tirer le signal d’alarme à cette étape. En fait, je ne m’habillais plus de la manière dont je me sentais. 

Après cette expérience, je trouve qu’il est indéniable que les vêtements peuvent changer l’image que vous avez  de vous-même. Quelque part, c’est un cercle vertueux. Vous appréciez qui vous êtes, et comment vous vous sentez, vous vous habillez bien pour le refléter, et vos vêtements vous aident à vous sentir vous-même.

Si j’avais à aider quelqu’un à s’en rendre compte, et à faire plus attention voici les conseils que je lui donnerais:

1. On Trie, On Jette, On recommence

Il faut commencer par éliminer tous ces vêtements qui sont confortables mais moches. J’avais des dizaines de pulls amples et recouverts de bouloches que je mettais sans réfléchir. J’espérais au fond que les gens allaient trouver ça normal. Peut-être que c’était le cas, mais quand j’avais ce genre de vêtements, je ne me sentais jamais crédible et j’essayais d’être la plus discrète possible. 

Il faut aussi se débarrasser de ce que tu utilises comme « homewear » . Ce sont juste des vêtements immondes que tu ne mets plus depuis la 6ème. J’avais des dizaines de pulls amples, des t-shirts confortables mais moches que je ne voulais pas jeter « au cas où… ». Je me rends compte que quand je devais choisir un vêtement pour la journée, je prenais automatiquement celui qui avait le moins de valeur à mes yeux.

2.Mignon mais confortable 

Hey on est en 2018, et le confort n’exclut pas l’esthétisme. En plus, la mode des vêtements amples ne fait que se prolonger. Mais il faut déjà s’équiper de ces vêtements qui ont des coupes plus moderne. Ils sont volontairement amples (et surtout bien coupés) contrairement au pull de ton mec en mode XXL.

Il n'est pas nécessaire de dépenser une fortune. Il y a clairement un choix de qualité à faire vs. quantité.

À lire : Comment j'ai cessé de dépenser tout mon argent dans des vêtements.

#3. Oser S’habiller 

Je sais que c’est dur d’oser mettre ses pièces les plus pétantes pour une sortie normale ou pour la maison. Mais le constat est que ça te rend plus productif.

Je me sens plus éveillée, plus moi-même (j’ai envie de conquérir le monde…haha ok on va s’arrêter là). Non, mais plus sérieusement, à chaque fois que j’ose mettre une belle tenue, je me dis que c’est la manière dont j’aimerais m’habiller dans ma vie idéale. Je suis donc en train de mimer les conditions de cette vie dont je rêve afin d’attirer les bonnes ondes, (cf. la loi de l’attraction SVP!).

Maintenant, vous commencez à voir la subtile différence entre s’habiller comme on se sent VS. S’habiller comme on aimerait se sentir. Pour savoir comment vous devriez vous habiller, il n’y a rien de plus à faire que d’observer autour de soi. Quand vous voyez une personne bien habillée qui reflète la confiance et le pouvoir, cherchez à décortiquer ce qu’elle porte pour pouvoir vous en inspirer. 

Enfin, s’habiller comme on se sent, c’est avant tout une question d’habitude. Si vous ne mettez pas cette habitude en place au quotidien, vous aurez peu de chances de voir les bénéfices. 

Pour développer votre confiance en vous, j'ai créer une formation spéciale qui comprend également la partie vestimentaire : par ici.

 

Vivre intentionnellement, c’est avant tout une question de volonté. Si tu le laisses aller, tu n’as pas le moyen de mettre tout ton potentiel en avant. Bien s’habiller, ce n’est pas superficiel, car ça influence la manière dont on se sent, et notre estime de nous-même. S’habiller confortablement n’exclut pas le style, et il n’est pas nécessaire de faire ce genre de concession de nos jours. 

 

Posted on Laisser un commentaire

Le Planner Qui Va Vous Redonner Envie de Gérer vos Finances

Que se passerait-il si vous aviez un décompte en temps réel lors de vos achats? (Un peu à la façon des Reines du Shopping, j’ai envie de dire ). Est-ce que vous dépenseriez de la même manière?. Je sais que je serai probablement tentée d’en dépenser le moins possible. 

Même si ce n’est pas prêt d’arriver, c’est troublant de constater que plus de la moitié des français ne font jamais leurs comptes, ni n’ont un système de gestion qui leur permet de dépenser à la hauteur de leurs revenus. Les conséquences sont assez importantes : endettement, surconsommation, difficultés financières…la liste est longue. Beaucoup se réveillent au milieu du mois avec tout juste de quoi manger en se demandant « Mais où est passé mon argent? ». 

Pour bien gérer son argent, il faut savoir où va son argent. C’est une règle fondamentale des finances personnelles, qui est applicable à tous. L’autre règle fondamentale est un peu plus subtile : c’est d’être capable de dire à n’importe quel moment combien d’argent on a sur son compte (sans aller le consulter bien sûr!).

La plupart des gens ne prennent pas de temps pour noter leurs dépenses. Or, c’est l’étape zéro de la prise en main de ses finances. Malgré une vie qui bouge, il est primordial de prendre au moins 10 minutes chaque semaine pour faire le point. Suivre son argent permet :

  • De dire pour quel poste on dépense trop 
  • Quels sont les frais réels pour chaque poste par rapport aux frais estimés
  • Quelles dépenses auraient pu être évitées

J’ai longtemps réfléchi, et comme je crée constamment du contenu sur l’éducation financière, j’avais envie d’aider les gens et mes abonnés à faire ce premier pas dans leur vie financière.

 J’ai donc le plaisir de vous annoncer que j’ai créer mon tout premier planner financier que j’ai appelé le Money Bliss Planner.

Ça m’a pris des dizaines d’heures de travail pour concevoir LE planner parfait.

J’ai testé différents formats .

Mes critères étaient:

-La simplicité  : hors de question de devoir aller apprendre des compétences en plus pour l’utiliser.

-La rapidité : plus de calculs à la main! Tout se fait tout seul.

-La praticité : un format dématérialisé pour garder ses infos au même endroit.

Vous savez comme j’accorde une grande importance à l’éducation financière, et créer le Money Bliss Planner m’a apporté beaucoup de satisfaction personnelle.

Ce planner peut-être très utile pour vous si :

  • Vous n’utilisez aucun outil pour suivre vos finances.
  • Vous avez tout juste de quoi finir ton mois, et vous ne savez pas où va votre argent.
  • Vous voulez comprendre vos dépenses pour mieux gérer votre argent.
  • Vous avez envie d’être plus responsable avec votre vie financière, en gérant mieux votre argent.
  • Votre éducation financière fait partie de vos bonnes résolutions.
  • Vous avez un futur projet qui implique des grosses sommes d’argent, et vous aimeriez commencer à vous y préparer.
  • Vous avez juste envie de faire les choses bien.

Le Money Bliss Planner contient surtout 15 onglets très importants:

  • Un Tableau de bord pour avoir une idée de ses finances en un coup d’oeil.
  • 3 onglets pratiques pour suivre son épargne, ses frais fixes et ses informations bancaires.
  • 12 onglets, dont un par mois pour suivre ses dépenses de près tout au long de l’année.

Ce que je n’ai pas dit, c’est qu’il est possible de suivre des dépenses par catégories et donc de mieux comprendre ces domaines où on dépense beaucoup!

Vous pouvez utiliser l’outil sur Excel ou sur Mac bien entendu!

Il ne tient qu’à vous pour prendre vos finances en main dès aujourd’hui!