CHAPITRE 1 - Trouvez ce que vous aimez faire


Dans ce premier chapitre, on va commencer par voir ce que vous aimez faire. Je vous recommande de vous procurer les fiches qui vont vous aider à faire les exercices tout au long de cette formation. 

La question "qu'est-ce que j'aime?" a l'air simple, d'ailleurs, on nous a posé cette question des dizaines de fois tout au long de notre vie. Certains ont réussi à y répondre très tôt en découvrant leur talent dès leur enfance. Mais pour la plupart d'entre nous, nous avons une réponse plus claire au cours des études ou au travail.

Sous la question "qu'est-ce que j'aime faire?" , on demande indirectement: quelle activité me procure du plaisir et de la satisfaction?.

Pour les personnes paresseuses, elles répondront probablement "siropter des cocktails au bord de la piscine". Mais si vous êtes rationnel, vous savez que ne rien faire n'apporte pas de bonheur. Le bonheur provient du fait de faire une activité alignée avec ses valeurs, qui donne du sens à sa vie.

Nous allons voir à présent 5 éléments très importants qui vont vous aider à savoir ce que vous aimez faire. Je vous conseille d'avoir sous la main les fiches qui vont vous aider à faire cet exercice

1.Le métier

La première question à vous poser, c'est concernant les aspects de votre métier que vous aimez. Même si nous aimons à moitié notre métier, nous arrivons très souvent à préférer certaines tâches qui nous font nous sentir plus utiles, plus doué. Par exemple, enseigner ou faire des visuels ou encore coordonner des activités peuvent êtres des types de tâches que vous aimez faire. Notez-les, car ce type de tâche reflète souvent ce en quoi on est doué, ou le type de tâche par lequel on est plus inspiré.

2. L'enfance

L'enfance est la période où nos idées sur nos idéaux de vie se forment. C'est aussi là que nos premières idées sur qui nous sommes apparaissent, où notre rôle dans la société devient plus clair. Il est peu commun de prendre au sérieux nos passions d'enfance, pourtant une partie de la réponse pourrait s'y trouver.

L'analyse à faire ici est une introspection de la personne qu'on était pendant notre enfance : de nos envies profondes, de nos talents, du type d'activité qu'on aimait faire. Par exemple, certains avaient déjà des qualités de leadership, d'autres avaient déjà l'envie d'enseigner aux poupées et au jouets des connaissances...toutes les tendances ne sont pas anodines.

3. Les centres d'intérêt.

Explorer ses centres d'intérêt est bien sûr une partie incontournable afin de savoir ce qui nous passionne. Ces centres d'intérêt doivent être des choses qui produisent des résultats, comme la déco ou la cuisine (et non pas le fait de faire du shopping ou de regarder la télé!).

4. Les causes

Une manière d'être sur la bonne piste pour savoir ce qui vous convient est d'explorer les causes qui vous tiennent à coeur. Quelles valeurs sont importantes à vos yeux, et vous ont guidés? Quelles causes réveillent en vous une petite flamme? Qu'est-ce qui vous révolte? Ces éléments vont mettre le doigt sur le type d'activité qui va maintenir votre motivation, même dans les temps durs.

5. Le style de vie

Le style de vie, c'est le résultat des choix de vie qu'on fait. On ne s'arrête jamais pour se poser la question : "quelle est ma journée idéale?". Pourtant, répondre à cette question va nous faire avoir les pieds sur terre. Bien trop souvent, on rêve de grandeur en s'imaginant chef d'entreprise, et on occupe toutes les parties négatives de ce type de métier. Qu'attendez-vous de votre activité? Quelle vie espérez-vous obtenir de cette activité?

CHAPITRE 2 - Les réalités d'être entrepreneur

Dans ce deuxième chapitre, nous allons répondre à plusieurs questions sur le fait de lancer son projet. Ces questions ne sont pas souvent abordées, pourtant, elles sont très importantes lorsqu'on décide de se lancer.

Quand je parle de projet, je parle de créer un produit ou un service et de le vendre afin de récolter des bénéfices financiers.

Question 1 : Est-ce que mon activité doit être ma passion ?

Il est très tentant de voir des gens qui a priori deviennent riches en suivant leur passion, et être en apparence épanouis. La réalité est que suivre sa passion n'est pas si simple, et peut même parfois être une erreur.

Quand on suit sa passion, on suit une idée de perfection. On aimerait que tout soit parfait. Non seulement, ce n'est pas réaliste, car on n'atteint jamais (j'insiste sur le "jamais") ce niveau lors de nos débuts, mais ça entraine aussi la procrastination. On attend toujours que tout soit parfait : qu'on ait lu les bons livres, qu'on ait suivi telle ou telle formation, qu'on ait toutes les connaissance. Or, cette surenchère dans l'acquisition des connaissances nous fait renvoyer à plus tard ce qu'on pourrait faire maintenant.

Une deuxième erreur qu'on peut faire en lançant sa passion, c'est qu'on croit que notre première activité, notre premier lancement sera le projet d'une vie. Ça arrive, mais les gens les plus connus et les plus accomplis ont lancé des dizaines de projets avant d'arriver à leur niveau d'expertise. Rien ne bat l'expérience.

Une troisième erreur qu'on fait en lançant sa passion, c'est qu'on peut penser qu'on va adorer chaque seconde qu'on passe à travailler dessus. Il n'y a rien de plus faux. Comme tout projet, le votre comportera des tâches techniques , administratives, répétitives, etc...et vous ne pourrez pas y échapper. Vous comprenez bien qu'il faut donc ne pas rechigner à faire ces tâches si on veut que notre projet fonctionne.

Question 2 : Est-ce que je dois vivre de mon activité?

Non. Même si ça a l'air d'un scénario idéal, peu de gens arrivent à dégager des revenus suffisants de leur projet. Pour expliquer cela, voyons les facteurs limitants.

Le temps : le temps est le facteur le plus limitant pour n'importe qui, mais surtout pour un entrepreneur. Peut-être que vous vous posez la question sur le fait de passer à plein temps sur votre projet ou pas? Pour y répondre, il faut considérer le temps que vous avez déjà. Un projet qui génère des revenus se monte en moyenne en 6 mois à temps plein, du moins c'est le temps pour construire un projet minimum viable avec des connaissances correctes. Une personne qui a un boulot en plus, va devoir diluer ces 6 mois sur plusieurs mois, voire années. Donc, les résultats seront beaucoup plus longs à arriver, et vont demander des années de travail.

Cela n'empêche pas une grande majorité de gens à lancer un projet en parallèle d'un travail salarié. La condition est de trouver du temps, sinon de le créer. Si vous travaillez de 7h à 21h et que vous avez des enfants, vous aurez peu de chances de trouver le temps de travailler tous les jours. Certains se lèvent à 5h, d'autres le font pendant la pause de midi. Bref, tout ça pour dire : ne vous faites pas d'illusion sur le temps que ça prendra avant d'avoir des résultats.

Un deuxième facteur limitant est l'aversion au risque. L'aversion au risque est le risque que vous pouvez prendre sans devenir fou et paniquer. Certaines personnes arrivent à travailler mieux quand ils encourent un risque élevé. Ces derniers auront plus tendance à quitter leur boulot et se mettre dans une situation d'inconfort extrême volontairement, pour se forcer à travailler. D'autres joueront la carte de la sécurité en gardant leur boulot jusqu'à être sur de vivre de de leur projet. Ces derniers savent qu'une trop grande insécurité financière mettra trop de stress sur eux et va les paralyser.

CHAPITRE 3 - Émettre des idées

Dans ce troisième chapitre, nous allons parler de comment faire le tri dans nos idées. Il est clair que nous avons toujours plein d'idées mais nous ne savons pas laquelle vaut le coup d'être lancée.

La première chose à voir pour faire le tri, c'est de se demander quelle valeur vous apportez. Une idée que vous pourrez vendre doit apporter une valeur, en apportant un produit ou un service. Vous échangez ensuite ce bien/ ce service contre de l'argent. Mais pour cela, il faut répondre à un besoin, et il faut apporter de la valeur au client. Par exemple, une banque va vous faire payer des frais contre le fait de stocker de manière sécurisée de l'argent chez eux. Il ne s'agit pas que d'argent, il s'agit d'avoir la garantie que notre argent ne va pas se volatiliser, et les gens sont prêts à payer pour une garantie de qualité.

Maintenant, il est important de se procurer la fiche de cours associée pour pouvoir faire l'exercice suivant. Le but est de remplir les colonnes via ce que vous avez analysé dans le premier chapitre : en utilisant le métier, la passion d'enfance, les centres d'intérêt et les causes, on va remplir la fiche avec des éléments correspondants.

En remplissant la fiche, il faut se rappeler qu'il y a globalement trois fonctions qu'on peut remplir : éduquer, divertir ou renforcer. Il est donc important de remplir la fiche avec des verbes, des services que vous pouvez apporter. Un exemple a déjà été pré-rempli dans la fiche afin de vous guider.

La vérité est qu'on a tous une petite idée de ce qu'on veut faire, et il n'y a rien de mal à l'écrire même si cette idée peut paraître trop ambitieuse.

Une deuxième méthode qu'on peut utiliser est la méthode IKIGAI qui est le mot japonais pour la "raison d'être". Cette méthode se concentre autour de 4 cercles (voir images-dessous), et en remplissant avec ses qualités, on essaye du mieux possible de trouver sa passion qui est l'intersection des cercles au milieu.

Encore une fois, en remplissant le schéma IKIGAI, on ne doit pas oublier qu'on doit apporter de la valeur en remplissant un besoin. On peut même dire qu'on doit résoudre un problème. La valeur de votre produit/service proviendra directement de la manière dont vous allez résoudre le problème, et donc de la solution que vous allez apporter.

GAGNEZ DU TEMPS EN REGARDANT LA SUITE ICI

Suivez gratuitement la suite de la formation en format vidéo , et obtenez vos fiches.

SUIVRE LA SUITE

Email Nécessaire Pour Accéder aux Chapitres 3-6

Les 3 prochaines chapitres vont t’expliquer des concepts importants.

privacy Pas de spam, du contenu 100% de qualité